le-pelleteur-de-nuages.blog4ever.net

le-pelleteur-de-nuages

Dons de voyance?

Le poète Lucien allait-il rencontrer le même ange déchu que connu l’ancien?

 

Toujours est-il que, ne sachant trop si les intentions de cette puissante entité au comportement complexe étaient ou non amicales, Ashneene avait rappelé son fils dans le temps présent, ceci afin de le protéger plus surement d'un possible maléfice.

 

Alors on avait suspendu la séance de régression et le jeune poète avait pris congé de sa mère et quitté la ville aseptisée. Après quoi il s'était attardé à l'extérieur, et c'est même d'un pas nonchalant que le long de la rivière étiolé, il avait comme elle musardé. Puis, quelques kilomètres plus loin, il avait longé un modeste enclos, tandis que des moutons affamés et curieux se sont rapprochés de lui… et le voici maintenant arrivé devant une maisonnette où sortant d'une courte cheminé soigneusement briquetée de rouge et jointoyée de blanc, la maigre fumée ocrée d'un feu pas forcément virtuel, s'échappait sous la forme d'une mince trainée gris-bleu qui s'effilochant, semblait vouloir questionner le ciel. Un peu comme s'il lui fallait obtenir quelque improbable autorisation avant de s'insinuer entre deux lambeaux de vapeur carbonée qui stagnaient, parmi d'autres pollués, dans le triste sein nourricier d'une brume spectrale...

 

– Ta venue est un soleil au cœur qui m'a été directement offert par les cieux lui dit son père en ouvrant la porte avant-même que Lucien n'ait eu le temps de s'annoncer…

– Mais ils restent autant gris aujourd'hui que ces pluies acides d'hier se rongeant les sangs dans les caniveaux du temps, répondit Lucien.

– Car, reprenait déjà André, tu es probablement celui parmi les humains par qui peut renaitre, au moins par ici, l'espoir d'une ultime négociation entre les hommes et leurs dieux…

– Père, ta philosophie est bonne, mais pourquoi vis-tu ainsi dans cette ruine, alors qu'à la ville, tes dons de voyance auraient pu te rendre suffisamment riche pour obtenir un logement décent?

– Ta mère a choisi le confort d'une vie centenaire mécanisée: mais toi, fils, tu seras bientôt du même côté que moi pour agir dans l’ultime sauvegarde de ce qui reste de la nature agonisante.

– Pour le moment, je dois terminer mes études supérieures de biologie. Après quoi j'intègrerai un laboratoire de recherches pour les justifier... Alors pour ce qui est de la vie d'ermite...

– Tu n'es pas venu ici par hasard: alors, je t'écoute.

– Comme on ne peut rien te cacher... Eh bien, voilà...

– Tu as vu Belzéé...

– Mère m'a assuré qu'autrefois il s'agissait d'un ange porteur de lumière...

– Bah ! Ange déchu ou démon, pour moi c'est la même chose !

– Tu es incorrigible papa… il n'y a rien d'étonnant à ce que toi et maman vivez séparés !

– Je présume que tu souhaites en savoir un peu plus sur ton passé, alors il est normal qu'elle t'envoie vers moi.

– Vous les « vieux » ne savez donc vous parler autrement que par ambigüité réciproque? Franchement, entre un père lisant dans mon devenir ce qu'il sait apte à m'éclairer sur mon passé, et une mère pratiquant la régression, mais qui me rappelle au présent, j'avoue que la situation est plutôt kafkaïenne. Ne crois-tu pas?

– Allons mon Lulu, ne fait pas ta mauvaise tête et viens donc brasser les tarots!



18/03/2017
16 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 25 autres membres