le-pelleteur-de-nuages.blog4ever.net

le-pelleteur-de-nuages

MOSTALGIE (chansons d'hier à ma manière)


J'en appelle à la tendresse!

Chanter en amateur... qui ne l'a fait?  Bon ok, au début ça craint un peu: et puis pour l'enregistrement on ne dispose pas des mêmes outils que "The Voice" … alors on fait avec Audacity... et si pour vous le naturel l'emporte sur le sophistiqué, et que par-dessus le marché vous êtes très conciliants(es) vous écouterez peut être jusqu'au bout ces quelques fichiers perso, au demeurant sans prétention ni véritable valeur, sinon que celle qui s'exprime par votre choix de les commenter ou pas...

 


25/05/2016
28 Poster un commentaire

Mistrals gagnants

Bonjour, cette chanson est encore d'actualité en raison de nombreuses reprises par de jeunes artistes (notamment) alors voici la mienne...

 

 

:


29/05/2016
25 Poster un commentaire

Aimer à perdre la raison…

 

Bonjour à vous toutes et tous qui aimez chanter dans votre salle-de-bains..., voici comme promis une autre de mes modestes interprétations. Celle- là vous rappellera peut-être qu'un certain Jean Ferrat la chantait autrement mieux que moi…

 

 


02/06/2016
33 Poster un commentaire

Unchained Melody

 

Cette chanson fut écrite en 1955 par Hy Zaret (en) et composée par Alex North pour le film Prisons sans chaînes. Elle évoque l'histoire d'un prisonnier qui souffre de l'absence de sa petite amie. Dans la bande originale du film, elle est interprétée par Todd Duncan, qui y joue également un rôle.

 

Elle fut reprise en France, sous le titre Les Enchaînés

Très rapidement, d'autres versions de Unchained Melody sont enregistrées ; l'une par Les Baxter  l'autre par Al Hibbler puis Roy Hamilton mais le premier vrai succès vient avec Harry Belafonte, qui l'interprète également lors de la cérémonie des Oscars en 1956.

 

Une des versions les plus connues du titre est celle créditée aux Righteous Brothers en 1965, interprétée en réalité par le seul Bobby Hatfield en 1965. Elle figure notamment dans la bande originale du film Ghost (1990).

 

Parmi les artistes l'ayant reprise ou adapté, on peut citer respectivement Gene Vincent, Ricky Nelson,

The Platters, Sam Cooke, Dionne Warwick, Sonny & Cher, Righteous Brothers, The Supremes, Roy Orbison, Bobby Vinton, Donny Osmond, Al Green, Elvis Presley, Willie Nelson, George Benson, Heart,

Joni Mitchell, Leo Sayer, U2, Air Supply, Joe Lynn Turner, Neil Diamond, Gareth Gates, Cyndi Lauper, Bayhan Gürhan, Johnny Maestro & The Brooklyn Bridge, Johnny Hallyday en duo avec Joss Stone, Clay Aiken, Susan Boyle, Glee, Mouloudji, Line Renaud, Armand Mestral, Les Chaussettes noires, Eva, Bob Asklöf, Philippe Laumont…

 

Alors certes ma propre version est loin de pouvoir atteindre la cheville de ceux-là … mais c'est MA version Française à moi… et peut-être même qu'elle vous plaira?


10/06/2016
31 Poster un commentaire

C'est quoi c'est qui...?

Une fois n'est pas coutume... encore que! Mais cette fois c'est à vous d'ajouter une chronique à cette musique en répondant notamment à ces trois questions:

 

Qui en est l'auteur:

Qui interprète ici cette musique:

Quel est l'instrument utilisé par cet interpréte:

 

 

 

 

 


12/06/2016
18 Poster un commentaire

Le Printemps

Z101.jpg

 

 

Bonjour,

Je ne sais si c'est votre cas, mais aujourd'hui 17 juin, voici que dans mon coin de France le ciel qui est gris a du mal à sourire alors de la température oscille entre 14° et 18°…

Alors pour le plaisir fugace d'un moment de gaité partagée, je vous propose d'écouter cette chansonnette (Printemps d'Alsace) qu'interpréta une certaine Line Renaud et que j'ai revisitée en substituant mes propres paroles. (ci dessous)

 

LE PRINTEMPS

 

Il a gommé le ciel de pluie

Et dessiné un paradis

Il revient en chantant

Le printemps

 

Il a donné de la ferveur

Par la beauté de ses couleurs

Il est dans l'air du temps

Le Printemps

 

Par le chant de l'oiseau

Dans le bleu indigo

Il ouvre le gala

Sur un air d'opéra

Et le vent l'entrainant

Dans la valse du temps

A réchauffé le cœur

D'un volcan de douceur

 

Dans mon jardin tout refleurit

Et l'hirondelle refait son nid

Il revient en chantant

Le Printemps

 

Dans les ruelles il est aussi

Car les amoureux sont jolis

Il est dans l'air du temps

Le printemps

 

Surtout ne dis pas non

Et sors de ta maison

C'est la meilleure saison

Pour perdre la raison

Le bonheur et la joie

Nous filent entre les doigts

Printemps ne durera

Que le temps des lilas.

 

Il a gommé le ciel de pluie

Et dessiné un paradis

Il revient en chantant

Le printemps

 

Il a donné de la ferveur

Par la gaité de ses couleurs

Il est dans l'air du temps

Le Printemps.

 

Robert-Henri D.

 


17/06/2016
17 Poster un commentaire

"La Ballade Nord-Irlandaise"

 

Par le biais de cette chanson phare, Le chanteur Renaud Séchan parle de ces "enfants de Belfast" qui furent pris dans une guerre de religion... Comme à son habitude d'alors, il créa des paroles oscullant entre tendresse et coup de gueule, tout en restant fidèle aux thèmes qui lui sont chers : l'enfance, l'amour et l'injustice.

Il en trouvera la mélodie dans un très vieil air de folklore Irlandais publié en 1724 qui fut originellement connu sous le titre de "O Waly,Waly". Toutefois au XIXème siècle elle fut renommée "The Water is wide" ( naturellement Renaud n'a repris qu’une partie de cette longue Ballade.)

Cette magnifique chanson que j'interprète à ma manière, est devenue incontournable dans le répertoire de nombreux artistes contemporains comme Dylan, Joan Baez et de nombreux autres.


26/06/2016
17 Poster un commentaire

" Et si tu n'existais pas..."

 

Premier titre sur l'album Le Costume blanc, "Et si tu n'existais pas" est une chanson interprétée par Joe Dassin lors de la Première émission en couleur de TF1, le 20 décembre 1975, pour l'émission Numéro un.

 

Les paroles sont de Pierre Delanoë et Claude Lemesle, la musique de Salvatore Cutugno et Pasquale Losito.

 

(Toujours avec des moyens plus que minimalistes) J'ai enregistré ma propre interprétation en 2009 afin de la dédier à mon épouse.


21/08/2016
22 Poster un commentaire

L'Oiseau de Paradis.

 

Bonjour,

 

... Et voici qu'à partir d'une adaptation à la "sauce" A. Rieu, de la célébre  Seconde Valse de Dmitri Shoastakovich: à laquelle j'ai ajouté des paroles, il s'est produit que je vous ai concocté une chansonnette très personnelle ...

 

L’Oiseau de Paradis (valse) Paroles de Robert-Henri D

 

J’avais rêvé

La passion du Marivaudage

Pour chavirer
Quand mon cœur s’accrochait aux nuages
L’oiseau de Paradis

N’a rien compris
Car le vent en habit cruel a tout emporté

Une valse un cœur de poète un rêve d’été

 

Premier amour

Le printemps jaillit dans nos rêves
On croit toujours
Que le bonheur exulte sans trêve
L’oiseau de paradis

Nous enhardit

Mais le vent en habit cruel peut tout emporter

Une valse un cœur de poète un rêve d’été

 

Un cœur blessé

Ne guérit qu’avec la tendresse
Est arrivé

L’arc-en-ciel joli comme une caresse

L’oiseau de paradis

Nous a trahis

Quand le vent en habit cruel a tout emporté

Une valse un cœur de poète un rêve d’été

 

Chagrin d’amour

Mais la pluie un beau jour s’achève

Sur un velours

Un sourire illumine vos rêves

L’oiseau de paradis

Est si joli

Mais le vent en habit cruel peut tout emporter

Une valse un cœur de poète un rêve d’été

 

La vérité

C’est que le cœur n’est pas très sage

A chaque été

Il refait son apprentissage

L’oiseau de paradis

Nous étourdit

Mais le vent en habit cruel peut tout emporter

Une valse un cœur de poète un rêve d’été

 

 

 


01/09/2016
27 Poster un commentaire

Supplique à Marie

 

S'il l'on peut considérer qu'il y a sur notre terre des poètes pour qui la foi s'exprime de manière très éclectique… Alors il se trouve que peut-être je serais de leur nombre? Mais allez savoir ce que l'on ignore soi-même? Quoi qu'il en soit, et toujours en implorant votre bienveillance quand à mon style et aux performances restreintes du logiciel d'enregistrement gratuit Audacity, voici que je vous propose cette courte supplique à Marie… (à chacun sa manière de prier le ciel!) par laquelle mon âme tente, à sa manière, d'exprimer ce qu'elle a sur le cœur.

 

(Certes, ce genre d'exercice peut révéler tellement d'émotion dans la voix que le sentiment de complainte s'y retrouvant tant appuyé, le message peut alors surprendre, mais au moins il est sincère.)


26/09/2016
17 Poster un commentaire

Les Feuilles Mortes...

 

 

 

Alors que certains amours se font à l'instar des cigales durant l'été… ils se défont parfois quand s'effeuillent les arbres qui les ont abrités…

Cette chanson de Prevert (pour les paroles) et Kosma (pour la musique) que vous allez peut-être trouver poétique et nostalgique à souhait, feu mon père la chantait avant moi… s'identifiant peut-être alors de tête à l'un de ces fameux interprètes masculins que fut Ives Montand?


Je n'ai certes pas cette prétention, ni même le sentiment d'égaler mon papa dans cet exercice qu'il savait réussir mieux que moi. Pourtant, et toujours en faisant appel à votre mansuétude, voici que je vous propose d'entendre ma voix dans deux versions: l'une étant "a capella" tandis que pour l'autre, je me suis enregistré, toujours sans la moindre prétention, en ajoutant ma propre interprétation musicale… à l'harmonica chromatique.


08/10/2016
16 Poster un commentaire

La Quête

 

 

Cette chanson que j'interprète en laissant libre de s'exprimer l'émotion qu'elle suscite en moi le fut par Jacques Brel en 1968. Elle est extraite de L'Homme de la Mancha, adaptation française de la comédie musicale américaine Man of La Mancha.

 

Le mot quête désigne dans cette œuvre l'action qui consiste à vouloir trouver… ou découvrir ce qui semble inaccessible à l'être humain.

 

En voici les paroles:

 

Rêver un impossible rêve

Porter le chagrin des départs

Brûler d'une possible fièvre

Partir où personne ne part…

 

Aimer jusqu'à la déchirure

Aimer, même trop, même mal,

Tenter, sans force et sans armure,

D'atteindre l'inaccessible étoile

 

Telle est ma quête,

Suivre l'étoile

Peu m'importent mes chances

Peu m'importe le temps

Ou ma désespérance

Et puis lutter toujours

Sans questions ni repos

Se damner

Pour l'or d'un mot d'amour…

 

Je ne sais si je serai ce héros

Mais mon cœur serait tranquille

Et les villes s'éclabousseraient de bleu

Parce qu'un malheureux…

 

Brûle encore, bien qu'ayant tout brûlé

Brûle encore, même trop, même mal

Pour atteindre à s'en écarteler

Pour atteindre… l'inaccessible étoile!


12/10/2016
13 Poster un commentaire

Le Plat Pays

Selon ce que j'en ai lu sur Wikipédia: cette chanson aurait été inspirée par Jean Villard (dit Gilles), à Jacques Brel qui en écrivit les paroles et la musique après avoir entendu le poète décrire le parcours d'une rivière, la Venoge qui circule à travers le canton de Vaud (Suisse) ...

 

 

Paroles :

 

Avec la mer du Nord pour dernier terrain vague,

Et des vagues de dunes pour arrêter les vagues,

Et de vagues rochers que les marées dépassent,

Et qui ont à jamais le coeur à marée basse.

Avec infiniment de brumes à venir

Avec le vent de l'est écoutez le tenir

Le plat pays qui est le mien.

 

Avec des cathédrales pour uniques montagnes,

Et de noirs clochers comme mâts de cocagne

Ou des diables en pierres décrochent les nuages,

Avec le fil des jours pour unique voyage,

Et des chemins de pluie pour unique bonsoir,

Avec le vent d'ouest écoutez le vouloir,

Le plat pays qui est le mien.

 

Avec un ciel si bas qu'un canal s'est pendu,

Avec un ciel si bas qu'il fait l'humilité

Avec un ciel si gris qu'un canal s'est perdu,

Avec un ciel si gris qu'il faut lui pardonner.

Avec le vent du nord qui vient s'écarteler,

Avec le vent du nord écoutez le craquer,

Le plat pays qui est le mien.

 

Avec de l'Italie qui descendrait l'Escaut,

Avec Frida la Blonde quand elle devient Margot,

Quand les fils de Novembre nous reviennent en Mai,

Quand la plaine est fumante et tremble sous Juillet,

Quand le vent est au rire quand le vent est au blé,

Quand le vent est sud écoutez le chanter,

Le plat pays qui est le mien.

 


20/10/2016
3 Poster un commentaire

Ne me quitte pas.

 

Cette chanson fit suite à la séparation de Brel et de sa maîtresse Suzanne Gabriello dont il était amoureux depuis 1955, mais qui mit fin à leur relation, Brel refusant de quitter sa femme et ses trois enfants. Le chanteur l'a co-composée avec son pianiste accompagnateur de concert Gérard Jouannest, bien que celui-ci n'en ait jamais été crédité, n'étant à l'époque pas encore inscrit à la Sacem. Elle fut ensuite arrangée par François Rauber. Mais Brel la destinait à une interprète féminine: Simone Langlois, qui l'enregistre en janvier 1959, sur un 45 tours comportant quatre titres, avant de l’enregistrer lui-même, le 11 septembre 1959.

En ces temps difficiles d'aujourd'hui où plus que jamais les couples se font et se défont… cette œuvrette qui eut un retentissement mondial, reste encore à mes yeux une supplique empreinte d'émotion. C'est donc ainsi qu'il m'a convenu de l'interpréter aussi.


05/11/2016
30 Poster un commentaire

TOUTE UNE HISTOIRE…

Bonjour,

 

   Celles et ceux qui me font le plaisir d'ouvrir les notifications qu'ils ou elles reçoivent depuis le présent blog, ont aussi l'occasion de se faire une idée de qui je suis en lisant "Within the confines of the real"… roman dans lequel on peut trouver ça-et-là des bribes ayant un rapport avec ma vie… Ainsi, peut-être, que mon histoire, certes très romancée, en tant que "Poète Lucien", a su vous entrainer jusque dans le village où naquit son épouse (donc la mienne) et où j'ai participé à la construction de sa maison…

 

Oh, comme il est dit dans cette modeste chanson qui suit, et dont j'ai composé la musique et écrit les paroles: "c'est un simple village"… qui néanmoins possède lui aussi sa propre histoire:

Elle débuta vers la fin du troisième siècle par l'installation d'une collectivité comptant quelques huttes faites de rondins de bois debout, coiffés d'un toit de chaumes, construites autour d'un site vibratoire celte Gaulois… qui plus tard fut détruit à la demande d'un certain Memmius (un romain qui fut autrement appelé: Menges, avant de devenir le premier évêque de Châlons-en-Champagne, puis canonisé sous le nom de saint Memmie, mais qui, du temps où il n'était encore qu'un simple évangéliste, fit donc construire un oratoire en lieu et place du site druidique, et donna son nom au "nouveau" village ainsi christianisé…)

 

 

Texte NOTRE VILLAGE (chanson) Paroles et musique (valse) de Robert-Henri D.

 

Refrain,  

C’est un simple village

Comme un berceau joli                      

Il est à notre image                            

Un jardin pour la vie                          

Il est beau, il est sage                                                

Mon cœur… en est épris                                       

Il est notre village                                      

Il est notre Pays.

 

Couplet 1,

Au siècle trois après

Il était autrefois

Entre Meuse et forêt

Peuple Gaulois

En pays Ardennais                 

Quelques huttes de bois                     

Nos ancêtres ils étaient                

De bon aloi

 

Sous-couplet 1

Dis-moi l’histoire de mon village

Dis-moi son nom, dis-moi son âge

Je ne sais pas pourquoi je vis

Je ne sais pas pourquoi j’y suis

(au refrain) 

 

Couplet 2

Disciple de Saint Sixte

Memnius nous est venu                                           

Et par les gens du site

Fut entendu                                   

Prédiquant dieu d’espoir

 Menge y fut renommé

Et par un Oratoire

Fut vénéré.

 

Sous-couplet 2

Dis-moi l’histoire de mon village

Dis-moi son nom, dis-moi son âge

Je vois l’image à contre-jour

Je n’y vois pas, vivre l’amour

(au refrain)

 

Couplet 3

Sans amour pas de vie

Pas de maison fleurie

D’enfant dans un berceau

De jour nouveau                           

Ne pars pas au long cours            

Ne cherches pas d’amours            

Ton village est l’espoir                 

De ton miroir

Sous-couplet 3

Dis-moi l’histoire de mon village                            

Dis-moi son nom, dis-moi son âge

Je suis très fier de ma maison

De mon pays de ma raison

 

Refrain final

C’est un simple village

Comme un berceau joli

Il est à notre image

Un jardin pour la vie

Il est beau, il est sage

Mon cœur… en est épris

Il est notre village

Saint Menges notre pays.


16/11/2016
21 Poster un commentaire