le-pelleteur-de-nuages.blog4ever.net

le-pelleteur-de-nuages

Withine the confines: version scindée début du chapitre 40

40

 

Hiver 2143

 

   La conquête de l'espace qui avait débuté deux siècles avant s'était révélée un fiasco total par le fait conjugué que la constitution du corps humain lui interdisait de quitter son système solaire et que de toute manière, on n'avait rien trouvé qui soit capable de le propulser à une vitesse qui soit à la fois supportable et suffisante. Alors on avait dépensé sans compter pour rechercher à l'aide de sondes, les traces d'une éventuelle civilisation extraterrestre en espérant non sans risque qu'elle disposât de la technologie qui faisait cruellement obstacle au rêve humain… En vain.

 

   À présent que tout avenir était devenu gris sur la terre comme au ciel, la pluie acide faisait l'ultime tentative de féconder quand même le sol moribond. Retombée dénaturée, qui plus attendue par l'homme que par la complicité trop sollicitée de sa terre nourricière, faisait que l'eau devenue précieuse agonisait avant même de disparaitre, comme avalée par le caniveau désespérant du temps perdu...

 

   C'est un fait indéniable: la meute des prédateurs humains s'était donné des moyens qui se sont révélés encore plus efficaces que les guerres pour s'autodétruire! Et c'est ce ciel, décidément bien trop sombre pour éclairer ce qu'il a le plus eu à déplorer qu'à s’en être éploré, qui en témoigne. Soulignant la terre d'un horizon indéfinissable, l'aveu déchirant de cet hiver avait été rendu encore plus affligeant par le déversement avare d'un cru millésimé de neige fondante et sale. Le tout s'avérant par la vague liquéfaction d'une concrétion vaguement malodorante. Cette rare précipitation restait tout de même comparable à une soupe, certes élaborée en haut lieu, mais servie par des nuages depuis longtemps devenus bassement toxiques. Et puis il y avait cette température anarchique qui se la jouait du genre yoyo, escaladant ou sautant avec une certaine grandiloquence parmi les grilles affolées des météorologistes paniqués. Et si elle se révélait pour être devenue totalement absurde, c'était aussi par sa délirante alternance de vents froids équatoriaux et de souffles tièdes venant des pôles! Le tout faisant que si, pour le vieux massif ardennais, un tel mois de janvier aurait paru absolument inconcevable autrefois, vu que la région était réputée mille ans en arrière pour ses hivers longs et glacials. Alors, c'était tout de même faire fi en vérité, que malgré tous ces basculements désaxés de la planète affolée: le début de la fin qui fut prédite en 2012, avait quelque raison d’être pris cette fois au sérieux, calendrier Aztèque périmé ou pas!

Mais il s’entendait pourtant de paroles bien asservies: que l'ex état français se trouvait toujours en zone dite: tempérée!

 

Oh! Me direz-vous, l'empoisonnement prévisible de la planète avait été amorcé de longue date! Alors qu'il s'était vite avéré que des faits plus que galopins à leur début, se sont très rapidement transformés en désastres galopants qui faute d'entente réelle entre les nations, se sont montré non seulement irréversibles, mais carrément annonciateurs d'une incontournable série de marasmes inéluctables. Tant les intérêts d'une minorité de roitelets gaussiens plus cloches fêlées que raisonnantes, n'avaient eu longtemps de flux que dans l'accomplissement machiavélique de leurs funestes ambitions démesurées…

 

¤



19/12/2016
10 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 25 autres membres