le-pelleteur-de-nuages.blog4ever.net

le-pelleteur-de-nuages

Une nouvelle affaire de type L'HOMBRE?

      Cette réunion ci avait lieu cette fois sur la petite terrasse de la maison dans l'arbre… Certes, venant après celle du Castel, il fallait admettre que l'espace disponible avait quelque chose du mouchoir de poche. Mais on pouvait encore rencontrer là le brave Charles-Henry. Il avait obtenu le droit plaisir, d'apporter le nécessaire pour confectionner un bon repas convivial. Il prit soin de le préparer lui-même, avec pour marmiton, son Elfe cuisinier... Et c'est ainsi que chacun avait fort apprécié les victuailles de terroir ainsi que les vins fins, élaborés avec patience et savoir-faire par l'ex-majordome. Il les obtenait lui-même, depuis sa vigne, où il aimait passer le plus clair de son temps. Imposant avis et directives à ses Elfes serviteurs, mais amis. Il participait à tout, supervisant aussi la fermentation sans adjonction de levure qui devait durer presque un an, puis l'élevage en barriques de chêne, et aidant enfin à la mise en bouteilles.

Estarie, la fée gardienne du pays des âmes, était accompagnée de sa fille Èrmandine, première dame régisseur de la Pouponnière et gouverneur au pays de l'Éden. Elles conversaient jovialement avec Morganie, sœur jumelle d'Èrmandine. Tandis que plus sérieusement, Néphysthéo s'adressait à Gabryel son beau-père, sous le regard attendri d'une Habygâ ravie de les voir afficher une belle complicité:

Je me demande où peut bien être passé ce satané Ange Gris, se répétait Néphysthéo… Cela devient aussi râlant que de chercher à attraper à mains nues une anguille vivante lorsqu'elle se faufile dans une eau grasse. Chaque fois que nous tentons quelque chose, il nous glisse entre les doigts plus facilement que du sable fin brûlé par la sécheresse!

Fils, lui avait répondu Gabryel... Me permettriez-vous de vous nommer ainsi...

Mais certainement, interjetait joyeusement une Habygâ hautement ravie de cette promotion familiale, spontanément accordée par son père à son dieu de mari.

Fils, disais-je, avant que mon espiègle de fille ne m'interrompe et vous rende coi par la même occasion: j'ai une petite idée de l'endroit où nous pourrions retrouver l’ange Gris.

Moi aussi... Père... Heu... Gabryel, mais je vous écouterai volontiers en premier.

Et bien voilà: tu l'as vu comme moi tomber vers Yäga. Et pourtant, comme Habygâ, tu as aussi continué à le détecter malgré cela, en suivant notamment l'éloignement progressif de sa vibration atomique et l'émission d'une onde mentale mal contenue. Laquelle s'amenuisait du fait de l'apaisement graduel de son excitation qui fut notoire. C'est donc que non seulement il ne s'est pas écrasé sur le sol, mais qu'il s'est probablement dématérialisé comme tu sais le faire lorsque tu te sens en position de périr.

C'est exactement ce à quoi je pensais, admettait Néphysthéo, visiblement ravi de constater l'unisson de leurs déductions réciproques. Mais, si comme moi, il a cette capacité qui nous rend presque invulnérables, à la condition d'être à même de le faire suffisamment vite: il me semble pourtant, en me remémorant sa fuite programmée de l'Arbre-leurre, et notamment à propos de la partie de matière ténébreuse qui le compose, que si elle s'avère insensible autant qu'insaisissable, il n'en est pas moins qu'elle le trahit par le fait qu'elle reste tout de même visible au moment de son excitation par l’énergie noire qu’il secrète.

Oui, ainsi nous devrions pouvoir le repérer en axant la recherche à partir de trois paramètres incontournables: vibration oscillatoire, excitation énergétique et corps d'ectoplasme. Mais comment pourrions-nous l'anéantir s'il décide d’éparpiller tout cela et de rester ainsi tant que nous sommes là?

Je vois bien un moyen de l'appâter afin de mieux le piéger, mais cela risque d'entrainer la destruction de l'un d'entre nous… notamment si la "chèvre" qui lui est offerte n'obtient pas d'opportunité qui soit suffisante pour lui échapper...

Dis toujours Néphysthéo...

Il me semble qu'une fois encore, il faudra agir sur ce côté vaniteux qu'il a probablement hérité dans le peu de particules restantes de l'âme noire de feu L'HOMBRE, qu'il a probablement absorbées en plus de celles provenant d'âmes pures qu'il a détournées.

Si je comprends ton raisonnement mon chéri, intervint Habygâ, tu penses qu'il va nous éviter pour mieux continuer à hanter le continent des dieux. Tout en faisant provision d'autres âmes dépitées de trop d'attente...

Tout à fait, et je crains même, si nous n'arrivons pas à interrompre sa quête par un moyen empirique, ou tout autre qui serait radical, qu'il finisse par en tirer une force qui le rendrait capable de pénétrer dans la Pouponnière de Dieu, et pourquoi pas, de contaminer cette fois le véritable Arbre de Vie!

Nous risquons en effet de nous retrouver avec une nouvelle affaire de type L'HOMBRE sur les bras, dit soudain si fort Gabryel, que tous les regards se figèrent en entendant son propos. Alors, il se ravisa, et pour les rasséréner, il proposa à chacune et chacun de lever son verre, en un geste significatif qui serait utile à fêter plus joyeusement l'anéantissement de La Chose, tandis qu'un Elfe poète récitait quelques vers cependant que celui-là qui n'était peut-être pas tombé si loin, méditait à propos de ses bien sombres projets:

Ne serait-ce que pour honorer la mémoire de feu mon maître le dieu sombre: je jure de régner ou de faire régner ici la force Grise. Et quand cela me sera obtenu, j'irai remplacer sur la Terre ce pleutre de Belzéé. Je lui ferai en premier la promission pour cette patrie nouvelle qu'il ne saurait refuser. Elle saura accueillir des êtres frères colons qui le serviront. Je les ferai venir jusqu'ici de l'enté univers d'où je suis issu moi-même. Devrais-je pour cela donner ma vie !

Ainsi l'Ange Gris se remémorait la promesse qu'il s'était faite lorsqu'il tombât de La Chose: cette sinistre masse, vaguement cristalline, à la glauque transparence, et qui se confondant avec le ciel astral, aurait pu faire croire à une huitre gigantesque, mais sans coquille. Mais le mollusque moloch cillé, probablement échappé d'une mer noire stellaire, ne fut jamais qu'une entité écervelée qui avait été programmée pour subir un gigantisme fallacieux. Une vague erreur dont la tendance surnaturelle était perfide. Une noire conception obtenue de l’inconstance du hasard. Et dont la promesse de destruction devenait de toute façon inéluctable... Athaânas (c'est ainsi qu'on le nommait dans le côté opposé des choses) ne l'ignorait. Puisque lui-même était venu du même monde. En la voyant périr si facilement, c'est sans éprouver le moindre ressentiment qu'il l'avait abandonnée à son sort. Si ce n'est qu'en pensant à feu L'HOMBRE qu'il avait été censé appuyer dans sa volonté secrète de pré colonisation de la planète Terre. Mais il avait raté sa mission première, puisque seulement mandaté après que le Père Suprême du dieu sombre apprenait, mais un peu tard, que l'un de ses fils voulait le rendre glorieux malgré cet accord de paix infamant qu'il avait dû signer pour mettre fin au chaos. Certes, l'Ange Gris ne disposait probablement pas de la même force que son maître disparu... Encore que!... Puisque l'art de filer entre les mains assassines d'un ennemi pouvait finir par lasser ce dernier au point de le voir mis à son tour en position de faiblesse, et donc vulnérable, au cours d'un possible moment où la vigilance peut être rendue médiocre par le relâchement. Il n'ignorait de rien que le sentiment erroné de se croire supérieurement dangereux en tout sur un adversaire, pourtant plus agile qu'une anguille, peut conduire à des imprudences néfastes... Et puis, peut-être pensait-il que les serviteurs de la Juste Lumière étaient loin de s'imaginer qu'il était en ce moment même entré en possession d’un corps candide.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



14/08/2017
11 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 27 autres membres