le-pelleteur-de-nuages.blog4ever.net

le-pelleteur-de-nuages

Une brillance exceptionnellement appétissante.

    Comme il en avait été convenu, Èrmandine s'était téléportée vers l'autre continent de la planète Yagâ. Charles-Henry de son côté avait tristement assisté au départ du petit commando. Il craignait que quelques-uns ne reviennent jamais. Malgré la bonne préparation du plan d'attaque, il restait des inconnues. Alors, afin de calmer quelque appréhension qui est bien légitime quand on tient à ses amis, il s'en était retourné très vite à ses occupations. Comme d'aucun qui le cœur gros, s'attache du mieux qu'il peut, à mener une action ou un travail qui lui occupe l'esprit.

 

*

 

   Chacun s'était mis d'accord pour que la caverne où ils avaient séjourné lors de la première approche de la clairière du grand Arbre infecté, serve de camp de base jusqu'au moment de l'attaque. Puisqu'elle faisait partie du champ d'action, il conviendrait alors de déblayer l'entrée du boyau souterrain à l'instant prévu. Et puis des recherches furent entreprises, qui s'avérèrent fructueuses au-delà de toute espérance: les six autres orifices avaient été trouvés! Ainsi, cela correspondait bien aux sept têtes qu'avaient vues Habygâ et Néphysthéo. Corroborant avec ce qui avait été obtenu de leurs intuitions. Lesquelles s'étaient formées à l'unisson de celles des sages. Il ne restait plus qu'à répartir les forces d'intervention en sept groupes. Ils seraient respectivement pourvus d'un Pillywiggin provocateur… Lequel sous l'apparence d'un rat blanc, s'emploierait, du moins le pensait-on, à exciter assez chacune des têtes au point de les rendre, sinon que furieuses, au moins curieuses. Cela devait s'obtenir par un flux grandissant de vibrations émanant d'un grand cercle électromagnétique. Lequel serait activé à un moment bien précis. Ce leurre devant produir que probablement, l’on pourrait alors envisager qu'à force d'excitation, les engeances serpent carnivores-racinaires finiraient par attaquer les pseudos rats/Pillywiggins lorsqu'ils se seraient introduits dans les galeries. S'admettant qu'évidemment ces derniers feraient mine de s'enfuir, et ce jusqu'à voir les gueules sortir à leur suite de chaque orifice...

 

Néphysthéo et Morganie étaient à l'origine du stratagème. Ils pensaient qu’en scindant en sept l'énergie de la porte-bouclier-cylindre qui était prêtée, cela ferait que des deux entités malignes, la plus intelligente au moins ne saurait négliger l'aubaine que représentait pour elle la possible acquisition, même partielle, d'une telle opportunité. L'on pouvait donc présumer, à n'en pas douter, qu’elle comprendrait vite que si cela était détourné à son profit, même scindé, ce pourrait être grandement profitable de l'utiliser ensuite pour obtenir un apport inespéré de grande force nourricière, et même peut-être pour se créer sinon un passage, au moins être utile à provoquer une faille dans celui du Pays-Des-Âmes, voir le court-circuiter ne serait-ce qu'un instant! Et puis la manœuvre pouvait laisser présager le risque d'autres pertes non négligeables, mais tout avait été pensé pour que cela n'arrive pas. Ainsi chacun avait approuvé ce plan d’action. Ils s'étaient dit que probablement, les têtes de l'entité complice qui s'est insérée dans les racines monstrueuses, voyant leurs petites proies leur échapper car plus rapides à se déplacer en se donnant des ailes s'il le fallait, ne manqueraient pas de s'exposer loin au dehors, s'étirant assez en apercevant l'autre opportunité et tenter d'aller jusqu'à pouvoir se gaver des particules ionisées de chaque cercle appât! Alors il était convenu que des archers seraient disposés en embuscade, et qu'ils les cribleraient de leurs flèches à pointe de Crôol. Ainsi, même si elles s'avéraient insuffisantes à faire mourir totalement chacun des monstres serpents, puisqu'on était persuadés que des cellules végétales d'origine restaient probablement complémentaires de celles animales rapportées, cette mutation les rendrait peut-être partiellement insensibles au métal tueur. Mais l'on espérait que la tige des traits d'acier fichés dans le corps radiculaire, l'empêcherait néanmoins pour un temps de reculer et s'abriter à l'intérieur du boyau… permettant alors, que l'attaque des frondeurs, avec leurs jets de billes remplies de Naar soit rendue efficace... L'action se passerait de nuit, afin d'obtenir la surprise par le fait que chacun prisse place sans se faire remarquer, ni par l'entité chimère dans l'arbre, ni par La Chose qui pourrait contre-attaquer plus à l'aise si l'on agissait de jour, et donc ainsi tout compromettre. À ce sujet, il avait été convenu qu'une fois les cercles d'énergie activés, Habygâ et Néphysthéo se téléporteraient séparément. Ils feraient cela pour apparaître simultanément en deux endroits de la zone où la présence de La Chose était suspectée. Ils s'emploieraient ensuite tour à tour à faire voyager la lumière de leur aura qui irait ainsi d'un corps à l'autre. Comme si hésitant à fuir. Ils espéraient que la ruse parviendrait à l'intriguer suffisamment pour qu'elle concentre plus particulièrement son peu d'activité cérébrale et son instinct de va-t-en-guerre, vers cet autre appât qui serait pour elle d'une brillance exceptionnellement appétissante.

  



06/07/2017
11 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 25 autres membres