le-pelleteur-de-nuages.blog4ever.net

le-pelleteur-de-nuages

Un passage inextricable!

     Ce passage inextricable où se trouvait alors Lucien, était en fait celui que la déesse Habygâ avait pour habitude d’emprunter depuis bien longtemps, et qui le faisait sans éprouver la moindre gêne. Elle l'utilisait, quand certains soirs de pleine lune, elle souhaitait se rendre dans une clairière où elle savait trouver la maisonnette de sa tante: la déesse Morganie. Mais alors, il se faisait que la blonde divinité pouvait commander la nature qui s’ouvrait comme il faut devant elle. Ce que semblait ignorer le poète qui pourtant venait de la sommer de s’écarter! Mais les choses dites: paranormales, si elles sont nommées ainsi – puisqu’étant encore inexpliquées – n’en sont pas moins issues ou dépendantes d’autres bien réelles! Témoin: ce que les yeux ébahis de Lucien pouvaient voir à présent, et qui allait en faire la preuve… Oh! Cela restait néanmoins réticent, mais, imperceptiblement, ce qui se produisait était bien le résultat d'un mouvement d'assentiment…

Que… c’est quoi ça? Mais non, je ne rêve pas! Or ces ronciers… Il me semble bien qu'ils bougent alors qu'aucun souffle de vent ne se sent… Et ces houx qui tout à l'heure s'appliquaient à vouloir me défigurer… Voici qu’à présent leurs rameaux s’écartent d’eux-mêmes!

Comme quoi mon Lulu, il te suffisait de le demander…

Topiary! Quel plaisir! On peut dire que tu arrives à point nommé!

C’est Maria qu’il te faut louer… Car vois-tu, c’est elle qui m’a mandé pour te conduire directement au bon endroit… Quoique je reconnaisse que ton intuition ne côtoie pas vraiment l’erreur. Puisqu’au moins, tu as pris la bonne direction.

Cette Maria virtuelle, interfèrerait-elle aussi de jour sur ma personne?

Ne sais-tu donc vraiment, Lucien, ce qu’elle représente concrètement pour toi?

Évidemment, ce n’est, si je puis dire, rien d'autre qu'une femme de rêve, et qui visite les miens. Rien de plus qu’une égérie que ma conscience invente.

Peut-être… Et peut-être pas… Mais en tout cas, j'admets que tu me sembles pour le moment plus vrai et mieux armé qu’elle…

C’est que mon ami, à défaut d’être médium, il se trouve que je suis peut-être nanti d'un don substitutif, et que peut-être, celui-là me sert par excellence involontaire.

Certainement mon cher poète. Alors à présent, si tu le veux bien: avançons… Mais considérant que mes jambes sont plus petites que les tiennes, c’est donc par les airs endimanchés d’aujourd’hui que je te suivrai!

 

 

 



31/10/2017
11 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 27 autres membres