le-pelleteur-de-nuages.blog4ever.net

le-pelleteur-de-nuages

Nirvana sacramentel.

       Pour réponse à un signe particulier de la déesse Morganie, l'assemblée des adeptes s'était mise à prier. Tandis qu'autour et derrière eux, leurs proches, et aussi tous les novices, observaient à présent le silence qui est nécessaire à la méditation qu'ils savaient tous pratiquer religieusement. La foule cependant se voyait puissamment vivante car vibrante des paroles sacrées qui se prononçaient en commun. Chacun donnant de sa force mentale vibratoire qu'il adressait au couple fécond, comme on offre parfois un souffle « magique ». Tandis qu'atteints à leur tour par l'élévation que Morganie montrait depuis un moment, les vétérans Athsérians accédaient au nirvana sacramentel.

C’est ce moment là que le couple élu choisit pour quitter chacun son siège. Après avoir parcouru lentement une vingtaine de mètres, ils se trouvèrent cette fois devant un agenouilloir qu’on avait disposé tout près de l’Autel-oratoire derrière lequel officiaient Gabryel et Athénéïse. Alors Habygâ et Néphysthéo s’y installèrent, dans l’attente de la consécration paternelle de leur futur enfant: il ne deviendrait fils sacré du Très-Haut, qu'avec l'assentiment de celui-là même. Lequel, du moins l’espérait-on, interviendra spirituellement s'il le souhaite, jusque dans le ventre d'Habygâ: puisque la consécration ne s'obtiendrait que par ce signe d’approbation qui, s'il y consentait donc, se ferait dans l'éclat de la lumière des Justes…

Néphysthéo, et toi Habygâ, commença le Grand Ange-dieu Gabryel: acceptez-vous que votre enfant à naître devienne un filleul pour le Très-Haut qui nous gouverne dans la Lumière des Justes… Ceci, afin de le servir plus tard comme un fils qui serait sien aussi, agissant pour et par lui comme avec lui, et aussi longtemps d’éternité qui sera possible, dans le but de prodiguer partout l’amour et la paix?... Jurez-vous aussi de l’assister vous-même dans sa future mission de Pacificateur?

Oui! Nous l’acceptons, et sur notre vie: nous l’assisterons du mieux que nous le pourrons.

Habygâ, et toi Néphysthéo: en acceptant ceci, vous restez les parents biologiques de votre enfant, mais vous faites de son parrain un père spirituel. Cela convenu, il vous appartient aussi de lui donner un nom: dites-nous celui que vous avez choisi.

Nous souhaitons qu’il porte pour nom: Erzeré-Gabryel.

Alors Erzeré-Gabryel: nous, Athénéïse et Gabryel, tes grands-parents biologiques et spirituels, te faisons sacrement au nom de notre Suprême à tous dans la Lumière des Justes. Ceci afin que ton nom devienne synonyme de tolérance, de paix et d’amour, pour les siècles des siècles, et que ton œuvre instruise en sagesse tous les vivants de bonne volonté qui agissent et agiront encore des deux côtés de l’Univers.

 

Bien que volontairement contenue par le jeune couple dieu de lumière, l'énergie fluctuante de leur aura trahissait leur émotion. Ils savaient certainement que pour être admis parmi les proches du Très-Haut, le fœtus lui aussi se devait de ressentir comme eux la même humilité, et que cela devait s'ajouter à celle de ses parents. Alors Habygâ et Néphysthéo s'étaient relevés pour aller s’agenouiller cette fois à même le sol. Ils se trouvèrent ainsi à prier à quelques centimètres de la colonne sacrée. Puis ils se prirent par la main, courbèrent le dos en signe de soumission, et posèrent leur front contre la pierre...

Et voici que Gzénon venait juste d'arriver à son apogée quand cela se produisit!

 

 



30/09/2017
10 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 27 autres membres