le-pelleteur-de-nuages.blog4ever.net

le-pelleteur-de-nuages

L'apprenti sorcier...

Une entité phénoménale naîtrait-elle durant le karma de "Lucien le second" ?…

Belzéé en voyait la lumière pixel qui s’insinuait davantage à chaque révolution que la Terre faisait autour de son étoile. Il la constatait virevoltante. Elle furetait partout dans l'imagerie circulaire qu'il obtenait de son grand ordinateur. Alors il commençait à penser que la mignonne allait certainement finir par en sortir. Et que de cela, il résulterait que lui-même en verrait peut-être son destin modifié.

Ainsi, le jeu de ce photon tarabustait maintenant ce brave Belzéé, tandis qu'il redevenait peu à peu l’Archange de lumière qu’il fut à son premier jour d'éternité…

 

 

***

 

 

Bien qu'installé dans une modeste école de physique, l'accélérateur de particules fonctionnait à plein régime:

«Il» va être content laissa échapper le professeur.

Certainement monsieur, car de nos jours, l’énergie sombre est devenue si rare que le cosmos pourrait bien finir par s'effondrer.

Voyons mon jeune ami, nous n'en sommes certes pas encore là! S'admettant que notre univers serait âgé d'environ 13,8 milliards d'années, le scénario d'un autre chaos ne saurait reposer que sur une longueur de temps qui pourrait en compter encore autant, voire d'avantage!

C'est entendu monsieur, et puis il se trouve que mon collisionneur qui n'est qu'un instrument de laboratoire, n'est pas davantage à la taille de ses ambitions.

Mais… au fait, voudrais-tu m'expliquer en quoi consiste cette expérience?

Et bien monsieur, lui répondit l'élève Lucien: étant donné que toute particule possède au moins pour antagoniste une antiparticule de charge contraire… L'électron possédant un antiélectron (ou positon) et sachant que le proton à lui aussi son alter ego de charge opposée: l'antiproton... Heu... Il se trouve que lorsqu’elles se rencontrent, la matière et l'antimatière s'annihilent en dégageant de l'énergie. Or, je pense que si l'antimatière disparaissait complètement du cosmos...

Hum... si tu continues ainsi, tu vas te prendre les pieds dans le tapis des dieux. Il me semble même que tu parles davantage de leurs besoins énergétiques, que du bienfondé de cette expérience.

Monsieur, je ne mets pas en doute le caractère de mes gènes parentaux qui produit, lorsqu'il s'ajoute à mon tempérament poétique, des ondes qui me font souvent voyager librement par des pays où la méditation se fait profonde! Laquelle m'entrainant autant vers les hautes sphères de la conscience élargie que m'éloignant des valeurs-piège d'une société de surconsommation qui ferait de découvrir l'ultime alternative à ses besoins en énergie fossile, puisqu'elle les a toutes consommées… Cependant, ne croyez-vous pas de votre point de vue différent puisque pragmatique: que le fait de fabriquer de l'antimatière et de la stocker ensuite dans des bouteilles-pièges électromagnétiques, ne soit pas à inscrire au bilan de ces procurations délicates qui nous font courir le risque d'obtenir ici, sur la Terre, la formation d'un trou Noir? Lequel serait bien capable d'avaler la planète, par le truchement de cet étrange chaudron rempli de ses «trésors de poussière» si ces dernières finissaient par s'échapper?

Ainsi tu insinues que nous autres les humains, jouons aux apprentis sorciers!

Je ne voulais pas vous froisser monsieur, sinon juste vous rappeler que nous gîtons à présent sous des cloches: comme des fromages...

Il convenait de reconnaitre en cet an 2 167 que la démesure industrielle et commerciale capitaliste avait tant grignoté les ressources naturelles de la planète, qu'on avait fini par en dévorer entièrement jusque ses forêts les plus vastes, et même une bonne partie de ses prairies et que lorsqu'il s'avanturait pourtant en marchant d'un bon train dans cette steppe aride du dehors qui végétait de son mieux sous des cieux couleur de plomb calaminé, le jeune Lucien ne pouvait que s'inquiéter du gâchis hérité de ses ainés!

De temps à autre, un rai solarium tentait bien une percée aventureuse. Mais il était aussitôt jugulé par la densité de la couche polluée de la basse atmosphère. L'on pouvait juste le voir de loin en loin, briller comme il pouvait sur les dômes, quelques rares heures, avant de disparaitre... On aurait pu à ce moment comparer ces sortes de cloches à de gigantesques demi-boules à neige, en pensant nostalgique, à l'image de celle qui autrefois émerveillait les yeux des enfants.

Malgré que tout autour de Charleville-Mézières, l'on avait commencé par aménager de vastes zones de plasticulture, la vie dans la cité polluée était devenue de plus en plus aléatoire. Cela en raison notamment de l'oxyde de carbone qui restait inéluctablement piégé par un ciel devenu trop bas. Alors, l’un de ces dômes presque invisibles avait fini par être installé autant pour l'isoler du reste du monde que pour protéger au moins la zone habitable. Il s'appuyait sur un vaste cercle énergisé. Cela délimitant une superficie d'environ quatre mille hectares. Il avait fallu en arriver là pour qu'enfin s'instaure une véritable démocratie du travail pour tous, et que l'on s'apprenne à obtenir enfin la juste répartition de son produit. Et puis le ralentissement de l'explosion démographique aidant: la population de la terre était revenue à un nombre d'individus qui était plus supportable par la planète. Mais cela n'avait pas suffi pour juguler l'hémorragie capitaliste… Alors chacun qui aujourd'hui œuvrait ou non pour la collectivité, recevait tout de même une gratification électronique, dont le cumul dûment contrôlé, ne pouvait être supérieur à un plafond scrupuleusement réglementé. La notion de "fortune" avait été abolie. Et de toute manière, cela n'aurait servi personne de la voir perdurer, puisque l'on vivait généralement en autarcie un peu partout, sous des dômes du même type qui avaient été conçus à partir d'une ceinture radiante. Laquelle comprenait une multitude d'électrodes génératrices et réparatrices d'une matière cellulaire vivante qui était comparable à ce que produisent les méduses, tout en se montrant d'une résistance à l'impact bien supérieure à celle du verre organique.

«Il» comme se plaisaient à le nommer professeur et élève, n'était certainement pas n'importe qui!

Restait le fait que si Lucien se sentait parfois redevable d'un enseignement très particulier, qui bien qu'ayant quelque peu servi de déclencheur de vocation avait eu lieu à l'antipode interne de la planète: il avait néanmoins apprécié de pouvoir la partager en secret avec son ancien professeur de physique nucléaire. Bien que s'imaginant «Il» en tant que grand seigneur au centre de la planète, notre poète, qui l'avait pu rencontrer ne pouvait s'empêcher de songer à ses "contraires" qu'il savait comme lui, issus en premier d'un certain vide qu'il se représentait effervescent… Il s'agissait là plus précisément de celui de l'énergie gazeuse qui est issue du monde quantique où vivaient encore, sporadiques, quelques particules de matière et d'antimatière fantômes qui se différenciaient de tout.

Lucien aimait s'imaginer qu'à user leur ennui en taquinant d’autres facétieuses: les bienheureuses s'en amusaient peut-être. De fait, comme dans le modeste circuit d'étude qu'il avait réussi à confectionner, elles apparaissaient pareillement soudaines, et puis elles disparaissaient en un éclair, comme des entités dont l'essence, pour se cacher des convoitises, s'habillerait de velours noir... Cela certes qu'il recréait s'était déjà produit il y a nombre de milliards d'années par rapport à notre ère. Et leurs jeux auraient pu se prolonger ainsi tant que l'équilibre des quatre interactions s'unifiait dans la gravité quantique. Agissant comme il se ferait peut-être pareil dans un trou-Noir, où l'espace pourrait devenir celui du temps… Et inversement... Mais lorsque la bouillonnante énergie s’était scindée, c’est à ce moment qu'avait pu naître la gravitation et se développer du même coup la force magnéto-nucléaire. À ce stade, la gravitation quittait alors le monde quantique pour "marcher gaillardement" vers ce qui verra naitre des milliards d'années plus tard, ce que baigne aujourd'hui la lumière. Elle-même utilisant la voie que lui prêtent la matière noire et l’énergie sombre, tandis que s'établit l'autre "alchimie" de la grande force nucléaire qui à son tour, fait unification de matière ordinaire, par interaction entre l'énergie électro forte et celle électrofaible... Et c'est peut-être à ce moment-là que les premières particules de quarks et d'antiquarks s'évadèrent du vide quantique dans un flot de photons?

Cette matérialisation de matière et d'antimatière provoqua cependant le début d'un combat fratricide, au cours duquel, des paires de particules-antiparticules, en s'annihilant, sont devenues photons (lumière) qui à nouveau sont allés se matérialiser par paire, et mourir ainsi qu'avant, et même ensuite... Pourtant, la perfection de l'équilibre symétrique n'est, dit-on communément: pas de ce monde. C'est pourquoi l’on peut parfaitement penser que de cette matière belliqueuse s'auto créant pour mieux s'annihiler indéfiniment, il s'obtint petit à petit des brisures de symétrie (de l'ordre d’un pour un milliard) qui aboutirent à fabriquer la matière dont nous sommes constitués…

Ainsi, qui peut dire si nous ne partageons pas avec notre… ou nos dieux, en supposant qu'ils existent, des valeurs qui seraient à la fois exogènes et intrinsèques?

NOTA: Notre principe de vie humaine pourrait se résumer en trois concepts fondamentaux: le désir, l’action qui naît de ce désir, et les effets qui résultent de cette action. Cependant, si cela était aussi simple, homo sapiens serait resté tout pareil à l'ancêtre des Néandertaliens: un grand singe, pas plus doué que ceux que nous côtoyons actuellement dans la nature ou dans les parcs animaliers. Alors, quand on y réfléchit, l’on est en droit de se demander d’où lui vient le développement (toujours en évolution) d'un cerveau différent par la taille, et le fait conjoint de son esprit de cognition…

 

 



12/09/2017
11 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 25 autres membres