le-pelleteur-de-nuages.blog4ever.net

le-pelleteur-de-nuages

Je t'aime tellement!

Cependant que sur la terre un poète se posait des questions, deux amants vibraient à présent par delà notre étoile dans la réalité sacrée d'un arbre-fée…

Mon amour, je t'aime tellement, avait avoué la déesse Habygâ.

Mon aimée, voici que je viens vers toi avec la raison aussi chavirée que mon corps qui te désire. Et cela, même si je ne m'explique pas le pourquoi de cette soudaine intensité charnelle qui me submerge, au point d'occulter le côté spirituel de cet endroit sacramentel.

Je t'en prie mon chéri... L’amour charnel qui délicieusement de ses traits blesse celui spirituel, ne souffre jamais d’une rude épreuve que si nous sommes au plus près de l’objet d’une passion qui est sa récompense… offerte par le Très-Haut!

C'est ainsi que sur la lune de l'exo planète Yäga, vivaient des êtres bien étranges… Et ces deux-là ignoraient peut-être qu'ils étaient les seuls dieux-Anges dans toute l'histoire de l'univers, ayant obtenu l'immense privilège de pouvoir vivre l'acte d'amour charnel parmi un champ élargi de particules hautement sacrées. Lesquelles étaient fondamentales au sein d'une créature que beaucoup d'humains pensent pour être seulement mythique. Alors qu'elle est en vérité directement issue de l'essence divine: celle qui constitue en grande partie la noble matière du Très-Haut dans La Lumière des Justes. Ainsi, le fruit qui allait être fécondé à l'image attendue le serait aussi au plus fort de la leur unie à icelle. Faisant qu'à sa naissance, l'enfant de cet amour aurait probablement les mêmes dons, pouvoirs et valeurs, que l'Arbre-fée de la science et de la connaissance. D'autant que ce dernier avait volontairement imprégné les parents de son essence au moment précis où ils furent reçus en lui...

Ton enfant sera sublime parmi les sublimes, lui avait confié Junyather… Il recevra des cadeaux de l'Arbre-fée de la Vie et de l'Abondance…

Et si l'Arbre s'offrait de lui-même aujourd'hui en recevant le couple au cœur de son essence, c’était en grande connaissance de cause, car il le faisait pour répondre positivement à son illustre concepteur qui le lui avait demandé.

Habygâ...

Mon chéri...

Je t'aime!

Je t’en prie… Viens!

 

 

 

 

 



19/09/2017
17 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 25 autres membres