le-pelleteur-de-nuages.blog4ever.net

le-pelleteur-de-nuages

Certaine de rien...

    En fait, ce que Charles-Henry avait perçu en premier n'était pas vraiment audible. C'était vraiment étrange. Car s'adressant à lui mentalement. Il lui semblait que quelque attirance difficilement contrôlable tentait de s'insinuer au plus profond dans sa conscience pour mieux l'inviter à quitter son poste et se rendre au fond de la grotte afin d'en dégager le passage qui avait été bouché... Il avait aussi le sentiment de pouvoir déplacer son corps pour y aller sans avoir à fournir le moindre effort, à la façon d'une élévation paranormale. C'était comme s'il se trouvait soudain nanti d'une sorte de pouvoir de lévitation magnétique qui lui fournissait de l'énergie attractive en suffisance, afin que son corps puisse se déplacer sur le plan horizontal sans déranger ni frôler personne. L'ancien majordome de Gabryel savait provoquer cela lui-même, du temps où il était un humain pareil aux autres. Il agissait alors comme le font les yogis de la Terre... de manière trés précaire. Mais c'était la première fois que l'acte se proposait avec tant d'ampleur et précision sans qu'il ait à fournir le moindre élément d'action qui généralement s'obtient depuis la conscience profonde à l'issue d'une longue méditation. De surcroit, et jusqu'à cette nuit, il n'avait plus jamais tenté cette expérience depuis qu'il avait acquis son enveloppe éternelle. Laquelle permettant en revanche la téléportation locale pour qui sait la maitriser. Alors, il se dit que la magie qui s'opérait maintenant ne saurait être de son fait. Par prudence il décida d'y résister mentalement et physiquement. Puis il entreprit de s'adresser à Morganie qui, comme elle en avait le pouvoir, ne reposait le plus souvent qu'en l'état hypnopompique ...

 

– Psitt… Madame...

– Chut... Continuez de résister Charles-Henry, et surtout ne répondez en aucun cas à la demande que vous percevez.

 

Si Morganie n'avait pas tout de suite intercepté le champ magnétique inversé, elle avait tout de même isolé la force malicieuse qui s'y cachait à la manière d'un cheval de Troie. S'insinuant à son tour mentalement dans le rebond de pensée qui se trouvait volontairement bloqué par Charles-Henry, la chasseresse avait obtenu l'information au moment où il se décidait d'en informer physiquement la guerrière de la même manière. Alors, sans faire le moindre bruit, car usant du même stratagème, elle réveilla Habygâ et Néphysthéo, communiquant avec eux par télépathie, mais faisant usage du vieux langage d'Athséria, pour instruire plus intimemement la déesse:

 

– Depuis mon inspection du boyau, j'ai quelque raison de penser qu'une ramification d'un être maléfique probablement lié, ou de connivence avec la chose que nous recherchons pourrait bien se trouver quelque part, au-delà de l'endroit où j'ai arrêté ma reptation, et probablement capable de tenter d'en sortir malgré que nous l'avons obturé, puisqu'il semblerait qu'une entité aie tenté d'hypnotiser Charles-Henry pour mieux lui demander de procéder au dégagement du passage.

– Effectivement, acquiesça aussitôt Habygâ dans le même dialecte: je ressens aussi un sentiment bizarre de faux amour qui s'attaque à mon endroit. Comme si l'on voulait me détourner de mon mari !

 

Èrmandine s'éveilla à son tour, mais c'est alors qu'elle déplaçait malencontreusement un objet métallique que celui-ci prenant énergie et mouvement, fut soudain comme aspiré et s'en alla carrément cogner sur l'amas de roches au fond de la grotte... Et puis il se produit un violent courant d'air, qui en s'engouffrant depuis la forêt pénétra jusque dans leur abri improvisé, balayant tout ce qu'il rencontrait de léger sur son passage, comme pour les emporter à l'intérieur du souterrain... Ensuite lorsque le phénomène qui ne dura qu’une poignée de secondes terrestres fut terminé, chacun put entendre comme une plainte sépulcrale... et puis tout redevint paisible.

 

– La bête s'est calmée, dit laconiquement Morganie plutôt soulagée. Vous pouvez vous rendormir sans crainte. Elle ne reviendra pas, ni d'un côté, ni de l'autre.

– Comment peux-tu en être si certaine, lui demanda Néphysthéo, et qu'est-ce qui t'a fait deviner mieux que nous tous qu'elle pouvait venir?

– Je le savais, c’est tout… Et Charles-Henry qui la perçoit mieux que moi s'en doutait lui aussi... C'est tout ce que je peux te dire, car je ne me l'explique pas... À moins que...

– Oui?

– Si tu veux bien, nous en reparlerons lorsqu'il fera jour, car je ne suis certaine de rien.

 



07/06/2017
18 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 25 autres membres