le-pelleteur-de-nuages.blog4ever.net

La Grande Lumière d'amour

– J'ai aussi appris, leur dit encore la Fée gardienne, que par bien des phénomènes rapportés de rares personnes humaines qui ont entrevu la Grande Lumière d'amour, outre que cela les a béatifiées lorsqu'elles se sont approchées de la porte cosmique, celle-là leur apparaissant alors large ouverte sur un autre vortex sacré: leur témoignage en revanche n'a pourtant jamais été accrédité. Cela prouvant qu'un cheminement de pureté est donc utile pour participer au voyage de l'après. Ainsi donc, elles ont certainement vu plus loin les signes accueillants des disparus dont le corps est devenu diaphane. Hélas, ces gens: je parle de ceux qui sont revenus de l'E.M.I. n'ont pu relater dans la paix leur expérience parce qu'assaillis par trop de sarcasmes. Cela générant à coup sûr pour eux-mêmes du chagrin à être trop rapidement catalogués pour suspects. Voire, d'être considérés pour esprits malades et même, peut-être schizophrènes. En les montrant comme une proie facile, mais percutante pour ceux qui le méconnaissent: ceux qui dénigrent, se croient ou se rendent intéressants. Ils aiment faire de la démagogie contraire. Elle est souvent trop facilement, et certainement trop prestement « arrangée » au bénéfice du doute. Mais il s'installe alors insidieusement. Avant de s'accepter en fin de compte. En raison d'un inconscient besoin de sérénité, plus suicidaire que véritablement porteur de bienfaits.

– Je sais par mon père Gabryel, dont la mission première est justement d’œuvrer dans ce sens, que les Limbes terrestres, ces endroits où séjournent les âmes des défunts avant qu’elles n’arrivent ici, lui sont accessibles.  Mais je ne pense pas que ton autre problème vienne de cet endroit-là.

– Tu dis vrai Habygâ, en un sens qui vient à propos de l'explication que je vous ai proposée, l'idée s'imprime parfois trop facilement comme une image spéculative sur fond d'ennui doré. Mais il n'empêche que la logique peut se concevoir trouble, pour ce qui est des âmes passées de notre côté. Beaucoup se lassent d'avoir à trop attendre leur terre promise. C’est ainsi, et c'est justement le cas de plus en plus, car une fois qu'elles ont effectué leur dernier long voyage dans le cosmos, quelques dizaines qui sont devenues impatientes, bien qu'arrivant pourtant ici dans le pays provisoire de Yäga, me confient des raisons fortes qui font foi dans ce que j’ai à déplorer. Et cela se vérifie notamment par le fait de tentatives d’interception prédatrice, ou même de fuites volontaires. Lesquelles se font probablement par complicité d'évasion, en empruntant peut-être une éventuelle faille qui pourrait exister dans un, ou même plusieurs endroits du vortex intemporel qui se trouverait donc fragilisé. Ces âmes fuyant par crainte du purgatoire, autant que par l'étalage ostentatoire car menteur qui s'en promet par l’effet d'une image devenue faussée, mais tout de même perpétrée.

– Vous me faites songer à l’action malveillante d’une entité parasite, dit soudain Néphysthéo qui savait cela possible, et pour de bonnes raisons qu'il gardait intactes en sa mémoire.

– En effet Monsieur, je penche moi aussi pour quelque chose d'indéfinissable pour moi, mais qui serait obtenu à partir de l’humain dans ce qu'il a de foncièrement mauvais, ou encore d’une autre entité vivante, qui serait aussi haïssable voir davantage.

– Voudriez-vous faire état de l'Archange déchût?

– Non Monsieur, car lui je le connais. Je verrais plutôt un être de transition, qui pour nous sembler non palpable et assez vide de sens, n'en serait pas moins capable d'interférer, certes discrètement, mais de plus en plus massivement sur l'onde d'influence qui est commune à des âmes fragilisées. Cela il me semble, en se précisant, pourrait bien se révéler pour être un grave danger capable de s'amplifier encore.

– Il convient de le craindre en effet, opinait à son tour Habygâ. Toute technique maligne, même basique, une fois qu'elle sera mise au point, peut finir par se montrer capable, sinon de contrer, au moins de s'apprendre à contourner partiellement la surveillance protectrice d'une simple Fée Gardienne. Surtout en intervenant en amont de son attribution!

– Si cela est, comme il te semble possible, reconnut Néphysthéo, c’est qu’il s’agirait en premier d’une puissance négligeable qui peut être faite d'énergie molle, car assez dépourvue d'intelligence pour n'être pas perceptible mentalement par nous, et donc ne présentant aucun danger sérieux pour le moment. À moins qu'elle ne soit vite appuyée d'une autre, supérieure ou égale à la vôtre, et donc, qui serait capable cette fois de masquer la présence des deux…

– C’est exactement ce que je crains, admit Estarie. Mais j'ai l'intuition que si complicité il y a, il ne s’agirait pas cette fois d’un dieu puissant et malin comme le fut L'HOMBRE, mais probablement de quelque chose de subalterne, bien que relativement assez dangereux pour que vous soyez désignés tous deux par Junyather pour m'en défaire.

– Il n'est pas à écarter que ce peut être une entité capable d’évoluer en puissance, convint Néphysthéo, et qui en attendant que cela se produise, profiterait de sa petitesse pour se cacher sur les continents pour y faire je ne sais quoi de probablement inavouable.

–  Alors qu’à d'autres moments, reprenait Habygâ, cela repartirait par-delà l'atmosphère de Yäga. Allant cette fois, là où serait une autre chimère providentielle. S’admettant que le plus frondeur se saisirait pour l’autre, et réciproquement, d'une, à plusieurs dizaines de ces âmes en peine… Voire, bien davantage! Ainsi l’enlèvement aurait lieu à chacune des interventions qui seraient faites à priori par pénétration comme tu l'as dit, d'une faille probable dans le tunnel-vortex qui est sensé mener les esprits défunts jusqu'ici.

– Si le vortex comporte des failles permettant des sorties, celles-ci ne sauraient souffrir cependant d'aucune pénétration qui est étrangère à nous comme aux âmes, reprenait l'Ange dieu de lumière. Et à moins que ses proies soient des rebelles vagabondes, bien qu'elles eussent été présentées comme relativement justes à la porte terrienne, et qu'elles choisiraient en libertaires, de s'aventurer à l’écart du chemin de leur voyage sidéral. Pourtant, il n’est plus fiable passage que je connaisse que ce vortex. Mis à part peut-être, celui interne à Yäga, que nous avons utilisé Habygâ et moi pour aboutir au centre du cercle bouclier électromagnétique par lequel nous sommes arrivés.

– Lequel ne répond qu’au commandement d’un membre issu ou adepte de la Lumière d'Athséria, lui précisa tout de même la Déesse Habygâ.

– Effectivement, je pense aussi comme cela, reconnaissait aussitot Estarie. Puisque le bouclier m'est autant que vous l’unique passage par transmutation obligée d'ici à la plage, en lui ajoutant pour prolongement la téléportation qui pour nous se limite à de courtes distances: c'est là le seul moyen que nous avons ma fille et moi pour nous rencontrer de temps à autre. Nous le faisons afin de procéder à des recensements au cours desquels nous essayons de satisfaire en même temps, le plus de demandes possible, et leur permettre l'attribution du corps éternel qu'il faut pour évoluer sur l'autre continent.

– Et bien ma chère Estarie, lui répondit la déesse blonde, je m'en vais donc à présent devoir trouver Èrmandine pour lui en parler. J’entendrai d'elle, tout ce qu'elle saura me dire de complémentaire sur ce qui se passe d’intolérable de ton côté du monde parallèle, et qui pourrait se présumer du sien.

– Vous verrez que ma fille est parfaitement au courant de mes problèmes. Mais peut-être que de son côté, certains détails pourraient être révélateurs? Et puis, cela réglé, comme il se trouve que vraiment j’ai à déplorer la lassitude grandissante que certaines âmes d’ici ne me cachent plus: peut-être trouverez-vous ensemble de nouveaux moyens qui pourront les satisfaire. Je pense notamment à un nouvel essor de l'humanité… Il est vrai que beaucoup sont arrivées il y a plusieurs siècles. Elles ont bien mérité de connaître enfin la félicité dans l’autre continent. À moins que vous sachiez mieux que moi infléchir ce choix au point de les convaincre d'aller vers d'autres ailleurs, tout aussi propices? Vu déjà l'immensité de notre seule Voie lactée qui est pourtant presque infiniment multiple au sein du cosmos: cela ne saurait manquer! De fait, vous le savez, beaucoup d'autres planètes qui sont en voie de possible peuplement le sont déjà par les êtres humanisables qui s’y trouvent. Certes, ceux-là ne sont peut-être pas encore reconnaissables comme suffisamment intelligents pour rivaliser avec l'humain d'aujourd'hui, mais c'est justement par l'acquisition intelligente de ces âmes, qu'ils recevraient ce qui est utile à provoquer la cognition. Comme ce fut le cas sur la Terre.

– Hélas ma chère, lui reconnaissait Habygâ: il n’y a probablement que peu de volontaires parmi celles qui sont ici! Et à moins d'un « Pacificateur », je ne vois guère de déifié qui serait efficace à persuader des millions d'âmes, voire des milliards, à se montrer suffisamment aventureuses pour vouloir échapper à une éternité somme toute banale, et donc qui se trouveraient par lui convaincues et bien décidées pour quitter cet endroit décidément saturé afin de migrer vers un autre et tout recommencer... Ainsi, quant à leur faire admettre que celui-là qu’elles connaissent pourrait vite leur sembler insipide: ça n'est pas forcément gagné!

– À l'évidence tu dis vrai! La terre s'étant peuplée à l'excès, il a bien fallu la pourvoir d'autant en âmes. Mais maintenant que beaucoup ont achevé leur cycle des dix karmas, et compte tenu de celles qui sont déjà en attente, il y en aura peu des nouvelles qui auront la possibilité d'accéder à l'Éden qui leur a été promis. Celles qui s'y trouvent déjà ne répondent que peu à l'offre qui leur est proposée d'aller créer ailleurs un autre Éden. Cela explique donc que quelques-unes des impatientes d’ici décident de s'aventurer seules, au-delà de notre groupe, dans l’idée peut-être de s’informer. De plus, bien que ne quittant guère l'espace permis, certaines se perdent tout de même en leur chemin. Tandis que d’autres s'installent imprudemment aux confins les moins bien protégés de ma juridiction, s'y trouvant mieux en esseulée. D’où le juste mécontentement des plus anciennes qui va grandissant. À s'apercevoir que leur propre départ, qu'elles croyaient prévu pour bientôt, ne vient pas plus vite, elles s'impatientant d'autant que je ne puis les renseigner moi-même d'un possible mieux.

– Je peux comprendre, et même admettre qu’elles n’ont pas tout à fait tort, dit Habygâ songeuse. Et puis il est normal que ceux de l’Éden, puisqu’ils s’y trouvent bien, n’envisagent pas de reprendre ailleurs un cycle de dix karmas. Fussent-ils munis d'enveloppes féériques dans un Nouveau Monde plus convivial que celui discutable et surpeuplé de la terre. Il m'apparait donc qu'il faut gérer d'urgence le résultat de leur duplication anarchique autrement. J'ai évidemment une idée de ce qui sera fait en ce sens. Il faudra bien trouver une solution d'aménagement pour contenter les plus anciennes des méritantes. Quitte à empiéter provisoirement sur l'espace du continent des dieux… d'autant que j’ai appris au cours de mes « voyages » qu’il y a effectivement au sein de Cassiopée d’autres planètes très hospitalières, dont une plus vaste que la Terre est possible de sacralisation éternelle, pareillement à ce qui existe ici sur Yäga. Ainsi, nous pourrions envisager de les y envoyer quand le Très-Haut décidera d’installer un grand dieu dans cette galaxie. Alors tu pourrais leur en parler en attendant que cela soit voulu! À moins qu’il ne désigne l’un de ses plus puissants serviteurs qui le feraient pour lui. Celui-là pourrait par exemple convaincre des âmes qui souhaiteraient retrouver ceux qu’ils ont aimés très fort. Elles pourraient en compagnie de ces personnes vivre ailleurs qu’ici, avec un corps éternel. Elles le feraient en fondant une nouvelle version de l'Éden qui est devenu maintenant trop petit. Et de plus, pour satisfaire le "Très haut", elles œuvreraient à l’expansion cosmique des mondes habitables qui ne sauraient manquer.

– Èrmandine me l’a suggéré aussi… Mais, elle et moi ne sommes que des Fées… Certes je reconnais que notre statut d'immortelles s’est grandement élargi, mais seule, une Haute Déesse telle que toi possèderait peut-être ce pouvoir… Je veux dire, celui d'intercéder auprès de notre suprême, pour envisager peut-être avec lui une évolution subalterne qui, comme un fils suprême, pourrait conduire une action puissante au sein d'Andromède… par exemple...

– Hélas ma chère Estarie, il ne m’appartient pas d’envisager cette solution sans que cela ne vienne directement du suprême, ni même de la lui proposer. Mais quelque chose me dit que bientôt, cela sera peut-être envisageable par quelqu’un d’autre, quelqu'un de plus fort en la déité que moi, et même plus puissant que Junyather. Mais cela ne m'est encore envisageable qu'au stade intuitif. Alors en attendant, comme suggéré tout à l'heure, , tu ferais peut-être bien d'en parler sérieusement à tes âmes. C'est probablement avec leur concours qui s'obtiendrait en grand nombre, et celui conjoint d'humains évolués, que selon ce que je crois: cela à quoi je pense se fera... Je m'en vais pour l’instant. J'irai trouver ta fille sur l’autre continent.  Avec elle en premier et par l'aide puissante de mon mari, je tenterai résoudre au moins le problème des âmes qui disparaissent.

 

Cela dit, Habygâ et Néphysthéo prirent congé d’Estarie la Fée Blanche. Ils regagnèrent le centre du cercle servant de passage électromagnétique. Celui-ci s’activa aussitôt dans un jaillissant crépitement de lumière blanche et ils disparurent.

 



27/04/2017
11 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 26 autres membres