le-pelleteur-de-nuages.blog4ever.net

le-pelleteur-de-nuages

AUX PORTES DU REEL [EXTRAITS SUIVIS]


WITHIN THE CONFINES... (1ère version scindée du chapitre 35 )

 

Bonjour à tous,

 

Pour répondre à la demande de certains critères ayant pour motif la longueur des chapitres de mon roman; je vous propose de suivre et commenter cette version moins fastidieuse... qui sera néanmoins relayée par la publication habituelle des chapitres entiers dans l'autre rubrique.

 

Vous souhaitant bonne lecture

Amicalement.

 

 

– Ceux-là ne sont que chimères maladroites qui retournent dans le magma de la Terre dont ils n'auraient jamais dû sortir, tempéra aussitôt Morganie. Ils ne sont pas vraiment dangereux. Mais il y en a d’autres qui pourraient bien nous atteindre, s’ils s’organisaient mieux…

Et cela allait se vérifier…

Excédé: L'HOMBRE lança bientôt la deuxième attaque.

Derrière chaque démon abattu, et s’imposant après que les flammes et les cendres asséchaient peu à peu le sol, on vit apparaître des êtres colossaux. Ceux-là étaient plus grands que des gorilles, et leurs yeux d'un bleu profond rappelaient en cruauté ceux de Belzéé.

– Cette fois, c'est du sérieux! s'exclama Habygâ.

– Oui! Confirma aussitôt Morganie: ce ne sont plus là des êtres primaires venus on ne sait trop comment des entrailles de la terre, mais des créatures de Satan lui-même, faites à l'image qu’il montre en Belzéé. Une image cruelle, qui correspond bien à celle d’avant qu’il se soit résolu à vivre son temps dans la débauche. C’est celle-là qu’il offrait dans les siècles qui précédèrent aujourd'hui, et qu’il avait mis à profit pour se constituer une petite armée de serviteurs zélés. Des géants qui bien qu'endormis comme savent le faire les grands vampires nés d'Isis, peuvent être un jour tous réveillés, quand cela parait nécessaire à leurs chefs. Si ceux-là comme il faut s'y attendre, sont presque aussi forts que Belzéé, nous risquons d'en arriver à un combat rapproché. Dans ce cas nous allons devoir utiliser le naar, ainsi que nos griffes de crôol, car ces nouveaux assaillants sont sans doute capables comme leur maître, d'intercepter en plein vol, et donc de détourner de leurs gestes rapides, la plupart de nos flèches… Dans la mesure cependant où ils les voient toutefois arriver, puisque la lumière du jour qui les aveugle est notre alliée, mais nous risquons tout de même de ne pouvoir tenir longtemps face à une telle puissance...

 

à suivre,


22/09/2016
8 Poster un commentaire

WITHIN THE CONFINES... (version scindée 2 du chapitre 35 )

Et c'est ce qui arriva: des assaillants énormes, au regard bleu cobalt, pénétraient cette fois en nombre à l'intérieur de l'enceinte! Après avoir renversé clôtures et barricades, ils s'engageraient bientôt dans un combat au corps à corps avec les défenseurs… Ces derniers les maintinrent néanmoins en respect, en leur montrant qu'ils étaient capables d'autant de courage que des Gavroches: ceci s'avérant par un jet nourri d'ampoules de naar.

Alors en dégageant une fumée âcre: on vit fondre beaucoup de démons. C'était comme s'ils n'étaient que du vulgaire calcaire mouillé d'acide chlorhydrique… Et puis, lorsque le brouillard qui s'ensuivit fut entièrement dissipé, l'on put se rendre compte qu'il ne restait plus rien des agresseurs... Sinon que des traces de combustion… ceux-là n'ayant laissé çà et là que des ronds noirs d'ocres calcinées entourant quelques fientes visqueuses… Finalement, on aurait pu croire que rien de tout cela ne s'était produit.

– Ce silence ne me dit rien de bon, murmura Morganie, d'ailleurs je trouve étrange que L'HOMBRE ne se soit pas encore manifesté pour appuyer l'attaque, vu que nos assaillants étaient peu nombreux... Il me semble qu'il teste nos défenses, et il faut bien avouer qu'une attaque plus massive, si elle est appuyée par lui, serait cette fois pour nous difficile à repousser...

 

À peine la Guerrière avait-elle terminé son monologue inquiétant que l'on vit s'approcher une grande nuée noire dans le ciel, et ce, en même temps que tout ce qui pouvait rester de démons, avec Lucien et Néphysthéo à leur tête, sortait de la forêt en une ligne serrée dont les extrémités avançaient plus vite que le centre.

– Hélas, s'écria aussitôt Habygâ, cette fois nous serons pris en tenaille car aussi submergés par terre que par air. Je crains qu'il ne nous reste plus qu'un seul moyen d'en sortir sans se faire massacrer...

 

à Suivre


23/09/2016
8 Poster un commentaire

WITHIN THE CONFINES... (version scindée 3 du chapitre 35 )

– Je vois ce que tu veux dire, lui répondit Morganie et je te donne raison. Toi seule peux nous sauver en acceptant l'alliance qu'il te propose, mais...

– Il n'est pas question que je capitule devant qui que ce soit ma tante, et encore moins face à quoi que ce soit venant du mal; pourtant, je vais devoir te laisser combattre seule à un moment où tu vas avoir besoin de nous tous pour défendre non seulement le village, mais aussi ta vie.

– Ma vie n'a que peu d'importance Habygâ, et tu le sais. J'ai été sauvée du bûcher pour te la consacrer, alors, si ça peut sauver la tienne... Fais donc ce qui te semble juste. Et moi je ferai de mon mieux pour aider à défendre la vie de tes gens, comme s'il s'agissait aussi de la tienne, car je m'y suis engagée devant celui à qui je dois d'être encore capable de le dire.

 

   Ce qui se produisit ensuite arriva très vite. Beaucoup trop vite même au goût de Morganie pour que la Déesse Habygâ puisse avoir le temps d'invoquer l'aide de son Grand-père!

 

La multitude qu'avait engendrée L'HOMBRE attaquait de partout par le ciel. Chacun ressentit soudain le sentiment cruel que tous les aigles de la terre menaçaient de le déchiqueter en même temps que tout ce qu'il y avait de vivant autour d’eux. Tandis qu'au sol, et malgré les pertes nombreuses qui auraient dû le stopper, le demi-cercle des démons enragés continuait de se rapprocher inexorablement. Et s'il semblait aux guerriers Athsérians que malgré tout, les becs et les serres de la nuée dans le ciel n'étaient en fait pas si dangereux pour eux qu’à l’endroit de Morganie, c'est que bien qu'elles se soient révélées insensibles aux flèches qui les traversaient comme si elles n'existaient que dans l'imagination: les répliques de L'HOMBRE, pour virtuelles qu'elles fussent, ne pouvaient cependant résister au contact des vésicules de naar libérées en masse par les auxiliaires de combat et qui montaient tout naturellement vers elles? Ce qui produisait que l'étrange phénomène pourrait bien finir, en faisant périr en nombre ces ersatz d'avatar issus du dieu sombre par le détruire tout de même molécule après molécule. L'HOMBRE le savait, et Morganie qui ne l'ignorait pas non plus ne s'était pas gênée de prendre elle aussi les airs pour être prêtre à le harceler si l'idée lui venait de se reconstituer afin d'opter pour une autre tactique, contribuant ainsi à rendre son attaque aérienne moins inefficace contre les Athsérians guerriers. Et d'ailleurs, cette nuée noire faite du corps disséminé du dieu sombre, et qui offrait ainsi l’apparence de nombreux aiglons, n’était guère qu'une diversion qu'il avait voulue afin d'appuyer l'attaque des démons au sol. L'intervention courageuse de la guerrière par le ciel s'ajoutant à la défense antiaérienne menée conjointement par les auxiliaires Athsérians permit néanmoins que l'essentiel des forces de défense concentre son effort à repousser les démons fantassins. Du reste, ces derniers eurent un moment de flou en voyant Morganie opérer au-dessus d'eux. Cela donnant du répit à Habygâ qui de son côté, avait entrepris de faire appel à la force de transmutation alchimique. Elle pouvait déjà à présent en user efficacement durant le développement de la phase transitoire. Elle opérait habilement. Se servant d'une partie de sa force mentale grandissante pour appuyer l'ardente guerrière, ainsi que les combattants valides qui s'étaient regroupés autour d'elle en carré: afin de mieux protéger leur Prêtresse.


24/09/2016
6 Poster un commentaire

WITHIN THE CONFINES... (version scindée 4 du chapitre 35 )

Pourtant, cette mise en échec du dieu sombre parut vite illusoire, car ce dernier avait vite résolu de faire monter plus haut ses avatars dans le ciel, afin qu'ils échappent à la fois aux flèches et au naar dont la portée était quand même limitée. Après quoi, pour contrer efficacement Morganie qui l’avait suivi, il décida de modifier l'aspect de sa division ailée par l'obtention d'une autre: restreinte cette fois à une dizaine d'éléments beaucoup plus puissants et aptes à contre attaquer efficacement. Et si la Guerrière restait plus rapide que ces autres rapaces noirs, mi-aigle, mi-ptérodactyle, L'Hombre avait cependant compris que la seule solution pour gêner plus sérieusement la guerrière au point de la vaincre facilement, il lui suffisait qu'il concentre la majeure partie de ses pouvoirs dans l’une des dix entités dernièrement créées: les neuf autres lui servant de leurre. La manœuvre était subtile. Et puis cela le rendit à nouveau plus puissant qu'elle, et même, lui permit de l'attaquer par traîtrise!

 

C'est ainsi que L'HOMBRE fondit soudain par-derrière, tandis que le reste de sa personne ainsi divisée en artifices détournerait l'attention de sa proie en faisant mine de l'attaquer par tous les autres côtés en même temps... Alors Morganie blessa un des éléments leurre. Puis elle entreprit de se débarrasser d'un autre en lui portant un coup rapide de sa griffe de crôol. Mais ce fut à ce moment précis que l’aigle dans lequel s’était introduit l’esprit de L’HOMBRE fondit sur elle et s'agrippa traitreusement au vêtement de cuir, le crochetant de ses pattes griffues. Et tout en lui labourant le dos, il planta simultanément son bec puissant dans le crâne de la guerrière...


25/09/2016
10 Poster un commentaire

WITHIN THE CONFINES... (version scindée 5 du chapitre 35 )

Habygâ qui la vit tomber comme une pierre vers le sol eut un instant d'hésitation et ce faisant, mettant à profit le flou émotionnel taraudant la pensée défenderesse de la prêtresse, l'aigle élémentaire que venait de blesser grièvement Morganie, et que L'HOMBRE ne contrôlait plus se jeta sur elle: déterminé à lui crever les yeux avant de mourir... C'était compter sans le courage d'un garde Athsérian attentif à la protéger. Il intervint juste à temps pour terrasser la bête. Et si l'ersatz avait alors disparu aussitôt, comme avalé par la terre, c'est que le dieu sombre, promptement redescendu après avoir neutralisé Morganie, venait de reprendre sa forme de grand prédateur humanoïde. Décidé cette fois à épauler directement l'attaque des grands démons aux yeux de cobalt. Pourtant, c’est au moment où tout semblait perdu pour Habygâ que tel un puissant arc électrique s'obtenant entre la terre et le ciel, l’on vit soudain jaillir un éclair si aveuglant que les nuages alentour disparurent d'un coup! Et il y eut aussi un long bruit de tonnerre, si fracassant, si puissant, que les combattants des deux camps durent poser leurs mains à plat sur leurs oreilles pour s'en protéger les tympans.

 Mais cela ne suffisait pas, car ils entendirent par-dessus tout, vibrant autant dans l'air que dans leur tête, une voix tonitruante qui leur parla ainsi:

– Démons de rien! Craignez ma colère! Car elle est immense, et si vous n'arrêtez de suite vos actes barbares, mais qu'au contraire vous persistez à vouloir combattre la Déesse Habygâ, sachez que c'est moi que vous injuriez, et qu'alors je pourrais bien décider de tous vous anéantir!

– Qui es-tu pour oser me défier? Fit alors une autre voix presque aussi forte...

– Silence! Misérable engeance! Car tu n'es rien que la progéniture de mon Frère des ténèbres! Et si je ne t'ai pas encore renvoyé chez lui, c'est que tu me sers...

– Ainsi, tu es mon oncle: ce Dieu de lumière dont mon père m'a tant parlé, et qui justement, ou injustement, a autrefois pactisé avec lui... Et bien sache que je suis moins pleutre que mon père et qu'avec son aide, si je l'invoquais, il se pourrait bien...

– Va-t’en!

L'HOMBRE avait maintenant repris l'aspect d'un prédateur si grand, si immense, que sa noirceur noyait tout le village d'une ombre malsaine… mais pas du tout Habygâ, dont l'aura devenait à présent de plus en plus forte et brillante. En voyant cela, le dieu sombre se remémora l'éclat du même rayonnement qui, lorsqu'il fut renvoyé vers lui ce jour-là par Excaliatura brandie de la main d'Erzeré, le blessa fort dangereusement! Il se dit que vu sa taille imposante il faisait une cible de choix, et que même si ça n'était pas certain que ça lui soit un possible coup fatal, il pourrait bien néanmoins se voir percé de part en part quand arriverait le grand jaillissement de lumière! Alors, rageusement, il réduisit sa taille pour monter très vite et encore plus haut, puis il tournoya un moment au-dessus du champ de bataille et disparut d'un coup.

– Par le Très-Haut qui se consent proche de moi, je fais appel à La Lumière Des Justes, prononça la voix d'Habygâ...


27/09/2016
9 Poster un commentaire

WITHIN THE CONFINES... (version scindée 6 du chapitre 35 )

   Quittant de partout la Forêt-Noire, et même venant des ailleurs environnants, on put voir ainsi une multitude de particules de lumière de toutes les couleurs s'ajouter à l'aura de plus en plus dense et resplendissante d'Habygâ... Et puis, la Grande Déesse invoqua le dieu Éole, qui d'un souffle plus puissant qu'une tempête, repoussa tous les assaillants d'un coup: les envoyant « dinguer » dans les Arbres Faye qui les mirent aussitôt hors de combat en les étouffant par la mouvance vivante de leurs branches noueuses qu’ils resserraient aussitôt sur eux, tel que savent le faire certaines plantes carnivores... De cela qui les exterminait, seuls deux ennemis furent préservés, et c'est ainsi que tout pantois, Lucien se retrouva mal en point mais vivant, inconfortablement assis à l'intérieur d'un buisson d'épine. Tandis que Néphysthéo qui s'était dématérialisé pour protéger sa vie, comme le lui avait enseigné Belzéé, était tout de même resté sur place, mais invisible.

– Tu peux te montrer, le railla Habygâ qui avait recouvré toute sa puissance d'esprit une fois qu'Éole fut reparti… Allons! Je sais que tu es là, car je te vois!

Et puis elle envoya quatre Athsérians guerriers afin qu’ils ramènent le corps de Morganie:

– J’ose espérer qu'elle ne peut être morte, leur dit-elle avec un immense chagrin dans la voix, mais ce qui est arrivé est grave, car je ressens un manque, comme si une partie de moi entreprenait de se diluer. Il m'est aussi devenu impossible de communiquer avec elle.

 

*

 

   L'Ange dieu renégat se réincarnait doucement. L’on put d'abord distinguer sa tête , seule, comme si libre et flottante, car isolée dans l'air, et puis son cou, son buste et ses bras apparurent en dessous, comme si sortant de nulle part: vint ensuite le thorax, le tronc, et enfin les jambes...

Ainsi reconstitué, il apparaissait encore plus beau qu'avant aux yeux d'Habygâ. Il tenait dans sa main droite la même fleur étrange qu'autrefois, dans le pays des enfants dieu, il avait offerte à la mère de la Grande Déesse...

Habygâ l'attendit fort cérémonieusement: comme le font les Reines quand elles acceptent la reddition d'un de leurs ennemis obligés par la force…

En le voyant venir ainsi marchant lentement vers elle, elle ne put réprimer l'étrange sensation qui la désarçonnait. Cela ressemblait à un picotement électrique…

Lorsqu'il fut arrivé à moins d'un mètre d'elle, le beau Néphysthéo s'agenouilla tel un prince de sang magnifique qui se soumet, et alors, respectueusement, il embrassa les pieds d'une Habygâ médusée par un tel changement. Puis il leva des yeux amoureux qui semblaient prêts à fondre comme neige au printemps. Et puis comme pour répondre à un vœu formulé de manière imperceptible, il lui tendit enfin la fleur, qu'elle accepta volontiers, en le gratifiant d'un sourire avenant...

– Madame, Madame!

Un prêtre Athsérian arrivait en courant, brisant du coup la belle intimité du doux moment.

– Madame, il semble qu'elle respire encore, mais son souffle est sporadique.

– Mais de qui parles-tu?

Toute à cet émoi qu'elle aurait souhaité rendre éternel, Habygâ en avait abstrait Morganie. Alors elle prit Néphysthéo par la main, et tous deux se dirigèrent vers l'endroit où la courageuse guerrière était tombée.


01/10/2016
10 Poster un commentaire

WITHIN THE CONFINES... (version scindée 7 du chapitre 35 )

Morganie gisait couchée sur son côté droit. Jambes et bras repliés sur elle-même, dans la position du fœtus. Sa peau, loin d'être chaude et rose, outre qu'elle s'était ridée comme celle d'une femme plus que centenaire, semblait devenue aussi dure, grise et roide, que l'une de ces gargouilles de pierre qui ornent les cathédrales. Et puis, bien qu'ils aient été épargnés par les becs, ses yeux semblaient avoir disparu: tant ils devaient s'être perdus, horrifiés, ils avaient dû sombrer au fond de ses orbites, jusqu'à le tapisser d'un néant d'horreur… et même si le cuir noir de son vêtement qui avait été lacéré par de nombreuses traces de griffures, laissait entrevoir ses os dégarnis de chair, ce qui inquiétait le plus Habygâ, c'était surtout le trou dans son crâne. Un petit orifice que l'abondante chevelure de la brune masquait à peine, et qui faisait penser à celui que l'on fait dans un œuf pour en gober l'intérieur.

 

– Ciel! S'écrièrent ensemble Habygâ et Néphysthéo, il ne l'a tout de même pas?

– Hélas, reprit seul l'ange dieu repenti qui savait de quoi il était question: il lui a volé son âme!...

 

Et alors, car c'est ce que font certains vampires quand ils n'ont d'autre choix pour se protéger de l'anéantissement total, son corps s'était mis en catalepsie, et l’on pouvait penser que Morganie pourrait rester ainsi durant des siècles, tant que son âme ne lui sera pas rendue, si tant est que cela puisse encore lui arriver...

 


05/10/2016
8 Poster un commentaire

WITHIN THE CONFINES... (1ère version scindée du chapitre 36 )

 

 

36

Le Siège de Castel

 

   À Castel-Anatha, alors que se percevaient des informations à la fois alarmantes et rassurantes qui étaient communiquées par la pensée d'Habygâ, concernant notamment l'issue de la première bataille perdue par L'HOMBRE, la tension était restée à son comble, car on pensait bien que ce dernier chercherait à laver l'affront qu'il venait de subir.

Le dieu sombre n'ignorait pas que profitant du répit causé par l'attaque ratée du village, Gabryel aurait fait venir de la forêt tout ce qui pouvait combattre, et que ce dernier pouvait avoir à présent à sa disposition toute une armée hétéroclite issue de toutes les Fééries. Mais, bien que toutes et tous se montraient parfaitement muni de bonne volonté et ne manquait certainement pas de courage, il fallait reconnaître que face à un dieu tel que L’HOMBRE, qui plus est, ligué avec ce qui vient tout droit des ténèbres sous la terre, le bon peuple de la forêt, qu’il se fasse grand de taille, ou bien au contraire minuscule au point de devenir quasiment invisible, ne tiendrait pas longtemps. Même à lutter contre de simples démons, leur victoire serait incertaine, car illusoire. D'ailleurs, mis à part quelques grands Elfes venus d'un endroit inconnu de la Forêt-Noire, et à qui l'on pouvait confier des armes suffisamment efficaces comme le sont le naar et les pointes de crôol: c'est à peine si on pouvait compter sur d'autres qu'eux pour organiser une réelle défense qui soit capable d’endiguer le flot démoniaque d'une attaque en nombre. Du reste, le dieu sombre se disait probablement que s'il restait des rescapés sous les ordres de son fils pour arriver quand il faudrait en renfort, il disposerait par cela d'une autre possibilité de parvenir au moins à réduire le nombre de ses ennemis. Dont celle notamment d'anéantir le courage d'Habygâ, en s'emparant par exemple de sa mère, pour en faire un otage, et si possible, en tuant même son père, et aussi l'arrogant Erzeré qui pourrait bien finir par concurrencer son fils dans son dessein d’une l'union qu'il croyait presque aboutie.

 

à suivre


19/09/2016
16 Poster un commentaire

WITHIN THE CONFINES... (version scindée 2 du chapitre 36 )

...Et c'est peut-être qu'alors…

 

Sera mis en péril le bienheureux domaine,
Tandis que d’eau noire luit l'histoire à la lune:
Fée-Fausserolle côté parure vilaine,
Sort d’outre pierre pour cracher son amertume!

Moitié ruinée, quand l’autre d’allure sereine:
Bouche tordue peut-elle parler du bon côté?
Si caractère corrompu fait seul tenant:
Bannie de noble cour, l'âme est divisée!

Servira-t-elle un bon dieu ou bien Satan?

La vouivre aux aguets boit son fiel jusqu’à la lie

Alors... de quel côté sonnera l’hallali?

   L'HOMBRE était néanmoins redescendu sur terre fort énervé, il bouscula rudement les gardes. Puis il s'engouffra tel un cyclone dans la tente de Belzéé:

– Tes lieutenants ne sont que des pleutres secondés d'incapables!

– Que s'est-il donc passé qui vous met dans une telle rage? Lui avait répondu narquois l'archange déchu?

– L'attaque du village a failli échouer... Vos guerriers balourds ne valent guère mieux que des singes sans cervelle, car sans mon intervention, à l'heure qu'il est, nous serions forts dépourvus pour mener à bien la suite de mon plan!

– Pour qui me prenez-vous, rugit à son tour Belzéé: croyez-vous que j'ignore l'objet de votre fuite comme celui de votre probable défaite? Vous pensez peut-être aussi que je ne sais rien des faiblesses de votre fils? Et puis vous-même, malgré vos grands airs, vous ne sauriez me faire croire que vous n'avez à craindre autant que moi le courroux du Suprême!

– Hélas, je me trouve ici trop loin de l'autre Très-Puissant: mon père des ténèbres. Et s'il ne m'appuie pas quand son très puissant frère me prend en défaut, je devrai alors me contenter d'une demi-victoire… Mais il se trouve que j'ai tout de même appelé un Grand-archange Gris, et que celui-là pourrait bien vous remplacer si vous ne vous impliquez davantage dans votre tâche!

– De quoi parlez-vous! Morganie en vous blessant vous aurait-elle lésé dans une partie de votre esprit?

– Ainsi, vous savez au moins ma victoire sur elle...

– Je sais surtout que si vous êtes bien L'HOMBRE, ce fils conçu du Suprême des Ténèbres pour gérer avec neuf autres, des mondes nouveaux qu'il continue d'installer secrètement dans des galaxies sombres… ce pour quoi il m'oblige à le fournir, après avoir fomenté contre l'autre Suprême qui pourtant l'a créé, et qui est aussi mon créateur... Alors, j'espère que vous n'ignorez tout de même pas qu'en fait, je ne suis rien moins que le Diable! Ou Satan si vous préférez, ou plutôt Belzébuth! Et certainement pas issu de votre lignée que l'on m'attribue à tort sur la terre! D'autant que c'est vous, et non moi, qui avez été envoyé pour espionner le Suprême de Lumière dans son propre royaume.

– C'est cela certes... Sauf que pour le reste j'en ai seul décidé, et puisque tu as signé un pacte avec mon père c'est aussi valable avec moi. Alors, plus que jamais: tu dois me servir!

– Je suis ton allié, c'est entendu, mais je ne serai jamais ton valet!

– Soit! Alors nous en reparlerons, mais pour l’heure cessons de nous disputer au lieu d'agir, car le temps presse... Nous y verrons mieux vous et moi quand nous aurons vaincu Gabryel...

 

*

 

à suivre


20/09/2016
14 Poster un commentaire

WITHIN THE CONFINES... (version scindée 3 du chapitre 36 )

   Beaucoup mieux préparée, l'attaque du manoir avait commencé d'une toute autre façon pour l'assaillant que celle fort désastreuse du village. Belzéé se révélait bien meilleur stratège que son complice orgueilleux. Il avait tenu compte de tous les éléments mis à sa disposition. Et d'abord, il savait pertinemment que monter une attaque de jour avec une armée venue des ténèbres de la terre, était une gageure digne du plus grand pseudo général imbécile. Alors, bien qu'il ne niât pas la démonstration de force et de bravoure dont avait fait preuve le dieu sombre, sa stratégie à lui avait été différente, puisque logiquement démoniaque! Ainsi, tandis que ses grands guerriers gris aux yeux de cobalt, se montrant beaucoup plus à l'aise dans le soir qui tombait, profitaient que la lumière de la Lune s'était empêtrée dans des nuages qui leurs étaient opportuns: il avaient commencé par leur faire jeter des arbres dans le lac. Ils les arrachaient sans peine, ou les bousculaient d'un coup de leurs épaules puissantes, en se jouant de la plupart des carreaux que leur décochaient de trop loin, les Elfes arbalétriers. Et puis ils installèrent des fagots qu’ils empilaient par-dessus. Les fixant ensuite en travers des troncs jetés parallèles, ils parvinrent à obtenir une passerelle d'attaque capable de relier une berge à l'autre. Ce qui devait permettre à des fantassins légers au regard de braise, de l'emprunter sans trop de difficulté. Et puis, fort de son stratagème brouilleur d’ondes cérébrales, il avait pu tout à son aise, faire passer de l'autre côté du lac un puissant commando secret. Lequel était constitué de ses meilleurs démons aux yeux de cobalt. Il avait pu utiliser pour cela, le très vieux souterrain abandonné qui reliait un point de fuite débouchant dans la forêt, et les ruines du pavillon situé derrière le manoir. Il avait préalablement pris soin de faire dégager ce souterrain par les fils Orchons de la fée Fausserolle. Et puis l'archange déchu, afin de les garder en réserve, leur avait ordonné de l'attendre bien cachés parmi les pierres.

Belzéé avait aussi acquis depuis longtemps le pouvoir de passer à travers des murailles. Pour peu que comme les murs de Castel-Anatha elles ne soient pas trop épaisses. Ce faisant, l'attaque avait commencé et il venait de prendre quelques Elfes à revers, juste avant de décrocher vers les ruines après qu'ils les eu pétrifiés en usant d'un de ses autres sortilèges. Cette fois encore il était passé inaperçu des yeux et de la conscience d'Erzeré. D'autant que l'Ange-dieu guerrier s'échinait au même moment à décapiter tout ce qui osait s'aventurer sur le pont improvisé.

 

Depuis la haute terrasse, Gabryel décochait flèche sur flèche. Il était lui-même aux prises avec une autre escouade de démons aux yeux rouges que la vouivre avait aidés dans la traversée du lac par un endroit discret et plus étroit. La bête fabuleuse s’était mue en radeau sous le couvert de la nuit. Elle opérait aussi sous assistance de ses alliées les Elles de l'ombre. Dépassé, le petit peuple semblait avoir disparu dans les ténèbres de la nuit que parvenait à éclairer çà et là Athénéïse. Installée bien à l'abri de la sphère, elle jetait depuis le clocheton du manoir quelques rayons de lune, qu'elle obtenait par l'entremise d'une Anatha omniprésente entre le satellite naturel et la terre. Mais le rusé Belzéé eut vite fait de repérer la poétesse. Ainsi, plantant là ses démons, il entreprit de la rejoindre en vue de la capturer.


21/09/2016
4 Poster un commentaire

WITHIN THE CONFINES... (version scindée 4 du chapitre 36 )

Beaucoup mieux préparée, l'attaque du manoir avait commencé d'une toute autre façon pour l'assaillant que celle fort désastreuse du village. Belzéé se révélait bien meilleur stratège que son complice orgueilleux. Il avait tenu compte de tous les éléments mis à sa disposition. Et d'abord, il savait pertinemment que monter une attaque de jour avec une armée venue des ténèbres de la terre, était une gageure digne du plus grand pseudo général imbécile. Alors, bien qu'il ne niât pas la démonstration de force et de bravoure dont avait fait preuve le dieu sombre, sa stratégie à lui avait été différente, puisque logiquement démoniaque! Ainsi, tandis que ses grands guerriers gris aux yeux de cobalt, se montrant beaucoup plus à l'aise dans le soir qui tombait, profitaient que la lumière de la Lune s'était empêtrée dans des nuages qui leurs étaient opportuns: il avaient commencé par leur faire jeter des arbres dans le lac. Ils les arrachaient sans peine, ou les bousculaient d'un coup de leurs épaules puissantes, en se jouant de la plupart des carreaux que leur décochaient de trop loin, les Elfes arbalétriers. Et puis ils installèrent des fagots qu’ils empilaient par-dessus. Les fixant ensuite en travers des troncs jetés parallèles, ils parvinrent à obtenir une passerelle d'attaque capable de relier une berge à l'autre. Ce qui devait permettre à des fantassins légers au regard de braise, de l'emprunter sans trop de difficulté. Et puis, fort de son stratagème brouilleur d’ondes cérébrales, il avait pu tout à son aise, faire passer de l'autre côté du lac un puissant commando secret. Lequel était constitué de ses meilleurs démons aux yeux de cobalt. Il avait pu utiliser pour cela, le très vieux souterrain abandonné qui reliait un point de fuite débouchant dans la forêt, et les ruines du pavillon situé derrière le manoir. Il avait préalablement pris soin de faire dégager ce souterrain par les fils Orchons de la fée Fausserolle. Et puis l'archange déchu, afin de les garder en réserve, leur avait ordonné de l'attendre bien cachés parmi les pierres.

 

Belzéé avait aussi acquis depuis longtemps le pouvoir de passer à travers des murailles. Pour peu que comme les murs de Castel-Anatha elles ne soient pas trop épaisses. Ce faisant, l'attaque avait commencé et il venait de prendre quelques Elfes à revers, juste avant de décrocher vers les ruines après qu'ils les eu pétrifiés en usant d'un de ses autres sortilèges. Cette fois encore il était passé inaperçu des yeux et de la conscience d'Erzeré. D'autant que l'Ange-dieu guerrier s'échinait au même moment à décapiter tout ce qui osait s'aventurer sur le pont improvisé.

 

Depuis la haute terrasse, Gabryel décochait flèche sur flèche. Il était lui-même aux prises avec une autre escouade de démons aux yeux rouges que la vouivre avait aidés dans la traversée du lac par un endroit discret et plus étroit. La bête fabuleuse s’était mue en radeau sous le couvert de la nuit. Elle opérait aussi sous assistance de ses alliées les Elles de l'ombre. Dépassé, le petit peuple semblait avoir disparu dans les ténèbres de la nuit que parvenait à éclairer çà et là Athénéïse. Installée bien à l'abri de la sphère, elle jetait depuis le clocheton du manoir quelques rayons de lune, qu'elle obtenait par l'entremise d'une Anatha omniprésente entre le satellite naturel et la terre. Mais le rusé Belzéé eut vite fait de repérer la poétesse. Ainsi, plantant là ses démons, il entreprit de la rejoindre en vue de la capturer.

– Que comptes-tu faire? Lui demanda une voix, alors qu'il montait tout droit par l'intérieur en traversant même les planchers du donjon sans les abimer.

– Tiens, c'est nouveau! Éructa l'archange déchu: voici que l'on me parle par l'ancienne télépathie...

– Je te conseille de ne pas importuner ma bru, si tu ne veux pas avoir affaire avec moi lui enjoignit aussitôt Junyather!

– Décidément, tous les dieux sont contre moi eu tout de même l'affront de lui répondre Belzéé, mais soit, j'ai aussi un archer puissant à combattre, alors, bien que je ne le craigne pas plus que toi, je vais en premier m'en occuper: et il se dirigea cette fois vers la terrasse où se trouvait Gabryel!


07/10/2016
7 Poster un commentaire

WITHIN THE CONFINES... (version scindée 5 du chapitre 36 )

   L'on aurait pu croire à cet instant la situation désespérée pour les gens du Castel. Mais c'eut oublier un peu trop vite que le peuple de la Forêt, qu'il fut grand d'origine ou même petit, avait aussi sa manière de manœuvrer qui était différente!

 

Dans le parc, le petit Alven s'activait de son mieux, et d'ailleurs, c'est sous la forme d'un moucheron qu'il venait tout juste de pénétrer si profondément dans le conduit de l'oreille droite de la Fausserolle, qu'elle ne put l'atteindre de son doigt pour s'en débarrasser.

– Tout doux ma belle, car si je ne veux que faire appel à ton bon côté, je pourrais cependant aller plus loin encore, en déchirant ton tympan, et me faire cette fois frelon pour te piquer dans ce qui te sert de cervelle et te tuer!

– Soit, Topiary, je te connais, et mon côté gentil me dit que tu es comme lui. Alors parle, mais sois bon avocat, car de l'autre me vient l'envie de te dénoncer aux démons de Belzéé qui attendent de faire de moi leur maitresse.

– Moi aussi je te connais, et je peux te dire que la Reine Habygâ saura te rendre ta belle apparence d'avant si toutefois tu la sers comme il se doit.

– Et que devrais-je faire selon toi?

– Vois-tu cette Vouivre qui œuvre derrière nous contre les parents de ta Reine... Eh bien, je te demande de faire appel à tes fils, les Orchons, afin qu'ils la pourchassent et même la dévorent! Afin que libérée de ce risque, l'ondine dénouera alors les cordes du pont jeté sur le lac...

– Ta parole est juste petit Alven, car malgré mon alliance avec la Vouivre, je la suspecte de me trahir souvent dès que j'ai le dos tourné. Et puis, j'admets qu'avant sa venue dans le lac, je vivais tranquille ici: acceptée de l'Ondine dans ma nouvelle demeure. De cela j'avais plus d'amis dans l'eau que maintenant: alors soit, il en sera fait selon ta volonté.


08/10/2016
4 Poster un commentaire

WITHIN THE CONFINES... (version scindée 5 du chapitre 36 )

Et ce qui fut topé fut fait car la fée teint parole. Il y eu beaucoup de remous dans l’eau. Jusque du côté des branchages! Du sang noir et des lambeaux de chair s'y mêlèrent. Tandis que parmi les arbres couchés, de jeunes Faye tout à coup libérés se relevèrent, expulsant éparpillés et loin dans la forêt comme par autant de catapultes, les démons qui ne sachant nager s'accrochaient désespérément à eux. À présent soulagé de ceux qui arrivaient par ce côté, Erzeré eut alors tôt fait de réduire à néant ce qu'il lui restait d'assaillants. La Fausserolle elle-même était sidérée de son exploit autant que de l'assentiment de la nature pour l'y aider, alors, fort émue, elle s'agenouilla. Elle se dit que finalement, la nouvelle reine était bonne, et que peut-être, elle lui pardonnerait son erreur de naguère, sanctionnée par celle qui avait précédé Habygâ...

– Dame Fausserolle, sache que je t'ai vue et entendue!

– Qui... Donc, me parle à présent? Car il me semble que ce n'est plus la voix de Topiary.

– Je suis ta Reine, et aussi la voix de ta conscience, je suis Habygâ.

– Ma reine, faites de moi ce qu'il vous plaira, car je vous aime déjà...

À cela il n'y eut point de réponse, ou du moins pas de vive voix, mais la fée déchue sentit que son côté froid se réchauffait. Cela picotait dans sa chair, comme lorsqu'un membre endormi se réveille du fait qu'un sang tiède circule à nouveau en lui. Alors, elle s'avança au bord du lac pour se mirer, et ce qu'elle vit la remplit aussitôt d'un immense plaisir. L'eau noire semblait illuminée par un fanal! Mais pas n'importe lequel! Un fanal qui serait fait de chair vivante et belle: toute de lumière auréolée. Et la Dame blanche qu'elle était redevenue en pleura tant de joie que ses larmes de fée repentie, tombant dans l'eau, créèrent en sombrant un singulier maelström qui à son tour, telle une tarière, s'enfonça si profondément au fond qu'il en perfora la voûte mal consolidée du souterrain sous le lac, provoquant une infiltration suffisante à rebuter tous ses occupants démoniaques qui, craignant d'être noyés, refluèrent en désordre vers leur point de départ.

Mais ce retournement n'assurait en rien que la défense mît l'attaquant en échec. Si l'ennemi se contrait mieux par en bas, il restait encore bien trop fort en nombre. Il fallait même s'attendre à un autre coup tordu de la part des démons rendus encore plus belliqueux d'essuyer ce premier camouflet... Et puis, une faille dans la stratégie pouvait suffire à ce moment crucial de la bataille, pour que l'avantage bascule d'un côté ou de l'autre...


09/10/2016
8 Poster un commentaire

WITHIN THE CONFINES... (version scindée 6 du chapitre 36 )

Depuis sa position dominante, la déesse Athénéïse s'apercevant que Belzéé fort dépité d'être contré par Junyather se dirigeait à présent vers son mari manœuvra aussitôt la sphère qu'elle posa en douceur sur la terrasse qu'occupait Gabryel, au moment même où l'archange déchu y arrivait à son tour. Alors, dédaignant de perdre son temps avec Belzéé qu'il ne craignait pas, l'ange dieu de lumière décida d'utiliser l'aide providentielle que lui procurait son épouse afin de descendre dans le parc pour soutenir de plus près l'ange dieu Guerrier Erzeré. Lequel s'attaquait maintenant au dernier groupe de démons encore présents dans le domaine. Gabryel redoutait cependant qu'il ne fût pris à revers par le commando qu'il savait tapi dans les ruines du vieux cabanon: ceux-là mêmes qui attendaient impatiemment à l’endroit où leur « Général » les y avait oubliés, les rendant à présent inutiles...

   Là encore, le combat du vaillant Erzeré qui n'était plus inquiété sur ses arrières, se réalisa efficace en peu de temps, par l'action obtenue d'une série de sauts destructeurs si rapides que la puissance des colosses aux yeux de cobalt, pourtant bien supérieure à leurs homologues aux yeux rouges, ne leur fut d'aucune utilité. D'ailleurs, face à la légèreté du dieu guerrier, leur lourdeur les rendait bien trop vulnérables. En combattant intelligent, Erzeré  avait compris que pour palier au fait que leur peau était quasiment comparable à celle de Belzéé, et donc capable d'être suffisamment durcie pour résister au tranchant de son épée, il convenait d'inventer rapidement une « botte secrète ». Il avait ainsi trouvé leur « défaut de la cuirasse »... En l'occurrence, le guerrier de lumière simulait d'abord une attaque haute par Excaliatura. Puis, mettait à profit la parade instinctive que faisaient ses ennemis levant les bras, il leur plongeait une fine dague de crôol dans l’aisselle. Il faisait aussi cela en simulant au contraire une parade défensive, juste au moment où ces derniers levaient leur épée à deux mains dans l'intention de pourfendre en puissance le dieu guerrier, certains qu'ils étaient que sa lame à lui n'y résisterait pas, d'autant qu'il ne la tenait que d'une main... Alors, ce fut à nouveau l'hécatombe pour ce qui restait des monstres-soldats sous les yeux de Belzéé de plus en plus agacé. Alors, voyant cette fois remonter la sphère, il décida de la détruire une fois qu'il la saurait de nouveau isolée. Ceci afin de mettre ses occupants en position de péril. Sachant pertinemment qu'une fois Athénéïse dépourvue de la protection surnaturelle, il obligerait facilement Gabriel à la défensive, voire, parviendrait à le mettre en échec si le dieu sombre répondait comme il faut à l'appel de son acolyte...


13/10/2016
6 Poster un commentaire

WITHIN THE CONFINES... (version scindée 7 du chapitre 36 )

Nul ne saurait ignorer que l'Archange Déchu disposait de puissants pouvoirs paranormaux qu'il avait su aiguiser à force de millénaires d'activité. Il n'était pas à exclure qu'il parvienne au moins à endommager le bouclier de lumière. Gabryel savait cela. Il s'apprêtait donc à devoir défendre chèrement sa vie en même temps que celle d'Athénéïse. Mais c'était évidemment sans compter sur l'incommensurable prétention de L'OMBRE qui, s'il avait bien capté le message de son complice, n'entendait pas lui laisser le privilège de la victoire facile... C'est ainsi qu'on put voir arriver ce dernier sous l'apparence inattendue d’un immense nuage montrant peu à peu l’image vivante d’un monstre ailé tout couvert d'écailles serties dans une peau pareille à du cuir noir. Il ressemblait à un grand charognard dont la taille occupait tout le ciel de Castel Anatha. La chose pourtant, si elle était d'importance, n'influa en rien sur Belzéé habitué aux sortilèges visuels de L'HOMBRE:

 

– Te voilà enfin lui lançait déjà ironiquement l'archange déchu, mais crois-tu vraiment qu'une chimère puisse convaincre ceux-là de se rendre?

– Ôte-toi de mon chemin, démon de rien, avant que ma colère ne te réduise à néant, lui rétorqua le dieu sombre en rapetissant!

– Alors là! C'est trop que je puisse accepter d'entendre d'un dieu imbécile, qui au lieu de faire une véritable alliance, n'a d'autres ambitions que celles relevant d'actes déloyaux! Tu te crois si fort que tu en oublies la moindre des prudences! Vas, fais ce que tu veux de ceux-là! Mais saches que tu risques fort d'y laisser griffes et crocs en t'attaquant vaniteusement à quelque chose que je suis le seul à connaître suffisamment de nous deux. Je suis certainement plus apte que toi pour pouvoir sinon détruire leur vaisseau vivant, au moins l'endommager suffisamment pour en inquiéter les occupants qui s'y croient à l'abri comme dans un bunker imprenable! Mais soit! Je te laisse à tes folles ambitions, car après tout, telles ne sont plus les miennes. Je suis fatigué d'avoir eu à mener mes démons durant trop de millénaires pour plaire à ton père en secret bien avant qu'il ne te crée. Si je t'ai aidé jusqu'à cette nuit, je l'ai fait non pour toi, mais pour lui! Vas pauvre fou! Car seul tu périras sans savoir qui je suis! Je m'en vais retrouver la tranquillité que je vivais avant que tu ne viennes tout bouleverser. L'enfer des hommes ne me concerne plus depuis longtemps: alors, Moi! Belzéé! Je le dis bien haut pour que tous ici m'entendent, car je t'ai assez vu, et je préfère redevenir Satan: prince de la luxure! Comme j'aurais bien dû le rester, la première fois où je t'ai vu de loin kidnapper ce dieu enfant qui en vaut cent comme toi, et ce, d'autant que les humains n'ont nullement besoin ni de toi, ni de moi pour faire ce que tu fais!


15/10/2016
7 Poster un commentaire