le-pelleteur-de-nuages.blog4ever.net

le-pelleteur-de-nuages

Plus tard...

La suite du repas s'était déroulée de façon excellente. Charles-Henry affichait une si bonne humeur que, plutôt que de le questionner longuement au sujet de ce qu'il avait pu voir ou percevoir dans le ciel, l'on dialogua plus volontiers à propos de son rôle sur le continent des dieux, et aussi de celui des Elfes, ces « bons apôtres », dont certains étaient venus directement de la Forêt ardennaise afin d'accompagner et servir Estarie et sa fille.

 

Du reste, ils rendaient de grands services un peu partout sur Yäga. Ils agissaient pour, et en compagnie des quelques immortelles Fées et autres Fès, évoluant volontiers ici parmi les arbres Faye*. Toutes et tous, avaient fait un vœu rappelant, ou concordant, avec celui de Charles-Henry qui est de rester proches de la déité de lumière. Autant pour la servir dans son ensemble, que pour le plaisir d'être des sympathisants.

Et puis il fut aussi question de la Pouponnière des corps immortels. Endroit sacré qui se trouvait sur l'unique Lune de Yäga et qu'il convenait au couple de visiter.

 

Plus tard, lorsque Charles Henry voulut prendre congé de ses hôtes, Habygâ insista pour qu'il dormît dans le petit studio attenant. Prétextant quelque risque en possible relation avec ses propres révélations qu'il fit tout-à l'heure, elle insista jusqu'à le lui faire admettre. Elle ajouta que l'a nuit était trop avancée pour le laisser repartir seul. Était-ce là encore un simple renseignement qui lui parvenait de manière intuitive, ou bien quelque autre de ces facultés qu'ont les déesses de connaitre mieux que les dieux, certains faits qui leur échappent? Toujours est-il que!… Car un certain ange-Gris, qui somme toute, pouvait aussi bien rôder depuis un moment dans les parages de Yäga, n'ignorait probablement pas que sans nourriture de tout le voyage, ce qu'il détenait et qui pouvait tôt ou tard lui donner de la puissance, ne pourrait cependant survivre longtemps une fois qu'il serait libéré de la cryogénie. Il avait donc réquisitionné un arbre Faye qu'il pensait édénique. Celui qu'il avait choisi était si gigantesque qu'Il ferait parfaitement l'affaire. Il lui servirait à la fois d’attache et de fournisseur d’énergie… Néanmoins, il se posait beaucoup de questions. Athaânas, puisqu'il s'agissait bien de lui, ignorait notamment où, et sous quelle forme il pouvait espérer reconstituer son maitre, feu le grand dieu sombre. Il se disait que ce qu'il en restait aurait grand besoin d'âmes complices pour seulement le régénérer avant d'intégrer son propre corps. L’ange gris reconnaissait ainsi que la vie intelligente résulte d'un phénomène issu de la matière et de l’eau lorsqu’elles se combinent, jusqu’à s’obtenir en cellules souches suffisamment énergisées. Alors, ce dieu sombre qui était à présent dépourvu de corps quel qu'il soit, il le pensait encore néanmoins capable d'esprit glacial. Mais il ignorait s'il fut ou non en situation d’attente d’une éventuelle réincarnation. À moins que ce ne fut lui, Athaânas qui serait désigné pour l'héberger dans sa propre chair… Permissivité délicate, et que seul leur créateur commun: Grand dieu des Ténèbres était à même de lui fournir. Il était imaginable aussi que la noirceur de cet esprit-là saurait malgré tout, sinon qu'à se reconstituer lui-même dans une enveloppe qui serait à l'instar de celle que son père avait su lui fournir, au moins en accepter une autre, même vulgaire, qu’il investirait à la première occasion en la volant au Très-Haut dieu de lumière!

 

Et c'est donc aussi en suivant cette idée que l'Ange Gris avait entrepris ses premiers détournements d'âmes…

 

(* En littérature fantastique et/ou merveilleuse: un arbre Faye est un arbre fée ou fé...)

 



04/05/2017
8 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 25 autres membres